Top 10 des ventes de médicaments aux US : les chiffres s’envolent

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

18 octobre 2017

Etats-Unis, France — Le chiffre d’affaires lié à la vente des médicaments sur le marché américain a progressé de 41 % en 4 ans, selon le dernier rapport de l’institut QuintilesIMS ; des chiffres sans comparaison avec ceux de la France.

Globalement, outre-Atlantique, le nombre total de prescriptions dispensées en 2016 a atteint 4,4 milliards en 2016, soit une augmentation de 1,9 % par rapport à 2015, suivant la même tendance que celle observée au cours des dernières années.

En parallèle, la croissance du chiffre d’affaires a été beaucoup plus importante. La vente de médicaments sur le sol américain a rapporté 450 milliards de dollars à l’industrie pharmaceutique en 2016 versus 317,8 milliards de dollars en 2012, soit une augmentation de 41 % en 4 ans (+7% entre 2015 et 2016).

La petite augmentation régulière du volume des prescriptions n’explique donc pas celle du chiffre d’affaires. Celle-ci semble plutôt liée à des hausses de prix régulières et importantes depuis quelques années et à l’arrivée de nouveaux médicaments innovants particulièrement chers.

Le cas Humira

La liste des 10 médicaments les plus lucratifs établie par l’institut QuintilesIMS  (voir encadré) montre que l’anticorps monoclonal adalimumab (Humira®, AbbVie) reste en tête du classement depuis des années avec un montant des ventes qui a triplé entre 2012 et 2016 : de: 4,5 à 13,6 milliards de dollars. Cette forte croissance s’explique par les augmentations régulières du prix du médicament. Selon le site économique Barrons, 10 ans auparavant, le stylo injecteur d’Humira avec deux seringues était vendu 1258 $ alors qu’il coute aujourd’hui 4441 $. En France, depuis plusieurs années, l’antiTNF (indiqué dans les affections inflammatoires ou auto-immunes sévères) est aussi le médicament qui coute le plus cher à l’assurance maladie: 830 euros pour une injection à renouveler tous les 15 jours (remboursement 65 %).

Une situation qui ne semble pas prête de changer. Alors que le brevet de l’Humira devrait très prochainement tomber dans le domaine public, AbbVie a annoncé détenir plus de 70 brevets protégeant leur molécule de la compétition jusqu’à, au moins, 2022.

Aussi dans le top 5

Arrive en deuxième position de la liste, le ledipasvir sofosbuvir (Harvoni®, Gilead), un des nouveaux antiviraux d’action directe (NAAD) contre le virus de l’hépatite C dont les prix élevés font polémique depuis leur commercialisation. Selon l’institut de traitement des big data santé, le CA associé à la vente du médicament a été de 10 millions de dollars en 2016. Aux Etats-Unis, le coût des 12 semaines de traitement est de 94 500 $ alors qu’en France, il est de 46 000 euros.

Suivent deux traitements biologiques principalement utilisés en rhumatologie : les immunosuppresseurs étanercept (Enbrel, Amgen) et infliximab (Remicade, Janssen Biotech) dont les prix ont régulièrement augmenté outre-Atlantique (+ 80 % depuis 2013 pour l’Enbrel et + 60 % entre 2011 et 2014 pour Remicade).

Enfin, deux antidiabétiques sont dans le peloton de tête : le nouvel inhibiteur de DPP4 sitagliptine (Januvia®, Merck) et l’analogue de l’insuline Lantus Solostar® de Sanofi.

Selon un article publié dans La Tribune en 2016, le prix des nouveaux analogues de l’insuline a lui-aussi bondi entre 2010 et 2015 aux Etats-Unis. Celui de l’insuline Lantus a, notamment, augmenté de 168 % sur cette période.

Une situation qui diffère en Europe où « le prix a baissé régulièrement en fonction des négociations avec les autorités de santé », selon les propos d’un représentant de Sanofi interrogé par le journaliste Jean-Yves Paillé.

Le top 10 des meilleures ventes de médicaments aux Etats-Unis

Rang

médicament

2012 (milliards $)

2014

(milliards $)

Total marché EU

317,8

450

1

Humira (adalimumab, AbbVie)

4,5

13,6

2

Harvoni (ledipasvir sofosbuvir, Gilead)

0

10

3

Enbrel (étanercept, Amgen)

4,2

7,4

4

Lantus Solostar (insuline glargine, Sanofi)

2,3

5,7

5

Remicade (infliximab, Janssen Biotech)

3,8

5,3

6

Januvia (sitagliptine, Merck)

2,6

4,8

7

Advair Diskus (fluticazone/salmeterol, GSK)

 

4,6

7,7

8

Lyrica (prégabaline, Pfizer)

1,9

4,4

9

Crestor (rosuvastatine, AstraZeneca)

4,8

4,2

10

Neulasta (pegfilgratim, Amgen)

3,4

4,2

Quid de la France ?

Par comparaison, en France, la croissance globale du marché du médicament est bien inférieure, probablement en lien avec la politique de réduction des dépenses de l’assurance maladie menée par les autorités de santé depuis plusieurs années. Cette croissance est même en deçà de celle observée au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne, selon les Entreprises du médicament (Leem). D’après le dernier bilan de la fédération du secteur,  le chiffre d’affaires du marché du médicament a progressé de 2,1 % par rapport à 2015. Au total, le chiffre d'affaires du secteur en France a atteint 28,7 milliards d'euros en 2016.

En France, la hausse est, pour une grande part, portée par la croissance de 7,5 % du marché hospitalier, pesant près de 8 milliards d'euros, là-aussi en raison de « l’arrivée d’une nouvelle vague d'innovation, en particulier dans le domaine de l’oncologie », explique le Leem.

La lévothyroxine reste le médicament le plus prescrit aux Etats-Unis

La lévothyroxine reste le médicament le plus prescrit aux Etats-Unis, selon l’institut QuintilesIMS. En 2016, la lévothyroxine a fait l’objet de 123 millions de prescriptions versus 112 millions en 2012. Un chiffre en augmentation alors qu’il y a un an, cinq endocrinologues de la Mayo Clinic s’alarmaient dans le Lancet Diabetes Endocrinology d’une sur-utilisation du médicament, notamment en cas d’hypothyroïdie subclinique (voir article Medscape ). Par comparaison, en France, les ventes des spécialités à base de lévothyroxine ont ralenti à partir de 2011.

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....