Diabète de type 1 et sport: du glucagon avant l’effort pour éviter les hypoglycémies

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

15 septembre 2017

Lisbonne, Portugal Chez les diabétiques de type 1, l'injection d'une faible dose de glucagon avant une activité physique apparait comme une stratégie efficace dans la prévention des hypoglycémies liées à l'effort. C'est ce que révèle une petite étude américaine, dont les résultats ont été présentés lors du congrès de l’European Association for the Study of Diabetes (EASD17) [1].

Dans le cas du diabète de type 1, la stratégie habituelle pour prévenir les hypoglycémies pendant une activité sportive est de consommer des glucides d'absorption rapide ou lente, peu de temps avant l'effort. L'administration d'une dose réduite d'insuline peut également être envisagée.

Cette approche reste toutefois peu satisfaisante. « Il y a toujours un risque d'hypo ou d'hyperglycémie et, en ce qui concerne l'ajustement de l'insuline basale, on ne sait pas exactement quand la réduire et à quel niveau », a indiqué le Dr Michael Rickels (Université de Pennsylvanie, Philadelphie, Etats-Unis), au cours de sa présentation.

150 mg de glucagon

En partant du principe que ces patients, contrairement aux individus en bonne santé, présentent aussi un déficit en production de glucagon pendant l'effort, le chercheur et son équipe ont voulu évaluer les effets d'une injection d'une faible dose de glucagon (150 microg), juste avant l'activité sportive.

Leur étude a inclus 15 patients, âgés en moyenne de 33 ans, atteints d'un diabète de type 1 depuis 22 ans. Ils devaient être sous pompe à insuline et pratiquer régulièrement une activité physique, à raison de trois sessions minimum de 30 min ou plus par semaine.

Ils ont été randomisés pour recevoir par injection du glucagon à faible dose ou un placebo, cinq minutes avant l'exercice. L'exercice physique consistait en une marche rapide sur tapis roulant (50 à 55% de la VO2 max) pendant 45 minutes.

Tester différentes stratégies de prévention des hypoglycémies

Par ailleurs, deux autre sessions ont été organisées pour comparer cette fois la réponse glycémique aux différentes stratégies de prévention des hypoglycémies, en intégrant l'administration de glucose avant et pendant l’effort et la diminution du niveau d'insuline basale. 

Dans l'une des sessions, les participants ont reçu per os 20g de glucose, 5 minutes avant et 30 minutes après le début de l'exercice. Dans l'autre, l’insuline basale a été abaissée de 50%, cinq minutes avant de démarrer l’activité, puis normalisée en fin d'exercice.

Les résultats montrent que la glycémie augmente légèrement au cours de l’effort après l'injection du glucagon, pour se stabiliser à une moyenne de près de 8 mmol/ L (1,44 g/L) Dans le groupe sous glucose, la glycémie augmente plus nettement pour dépasser les 10 mmol/L (1,8g/L) après 45 minutes d'exercice.

Chez les patients ayant expérimenté une dose plus faible d'insuline, la glycémie a progressivement chuté au cours de l'effort, en suivant une courbe quasiment identique à celle correspondant à la glycémie observée dans les groupes contrôle. Le niveau est tombé à près de 5 mmol/L (0,9g/L) en moyenne.

Aucune hypoglycémie sous glucagon

« Près d'un tiers des patients du groupe contrôle et du groupe avec insuline basale réduite ont eu une hypoglycémie (<3,9 mmol/L). En revanche, les épisodes d'hypoglycémie n'ont concerné aucun de ceux prenant du glucose ou du glucagon », a commenté l'intervenant.

Quant à l'hyperglycémie (≥10 mmol/L), « elle a été observée chez deux-tiers des patients sous glucose et chez la moitié de ceux sous glucagon ». L'hyperglycémie s'est avérée sévère (≥13,9 mmol/L) pour un tiers des patients sous glucose. Un seul patient sous glucagon a atteint ce niveau.

« L'administration d'une faible dose de glucagon juste avant une activité physique est plus efficace qu'une réduction de l'insuline basale dans la prévention des hypoglycémies liées à l'effort. Elle semble également induire moins d'hyperglycémie qu'une absorption de glucides », a conclu le Dr Rickels.

« L'usage du glucagon apparait comme une nouvelle stratégie prometteuse dans cette étude, ce qui justifie la poursuite des recherches sur le sujet. » Selon le chercheur, d'autres travaux devront notamment être menés en tenant compte de l'apport en glucides des repas pris avant l'effort.

L'administration d'une faible dose de glucagon juste avant une activité physique est plus efficace qu'une réduction de l'insuline basale dans la prévention des hypoglycémies liées à l'effort Dr Michael Rickels
 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....