POINT DE VUE

Cancers ORL : premiers résultats en immunothérapie

Pr Joël Guigay

Auteurs et déclarations

13 novembre 2017

Enregistré le 10 septembre 2017, à Madrid, Espagne

Quelles sont les nouveautés dans le traitement des cancers de la tête et du cou? Tour d’horizon sur l’arrivée de l’immunothérapie dans cette spécialité et les études clés présentées à ESMO 2017, avec le Dr Joël Guigay.

TRANSCRIPTION

Bonjour, je suis le Pr Joël Guigay, directeur du centre Antoine Lacassagne à Nice et je vais vous rapporter en direct de l’ESMO 2017 les nouveautés et les perspectives concernant les cancers ORL. Nous avons eu plusieurs sessions très intéressantes avec des salles pleines, ce qui est déjà une nouveauté − du fait de l’arrivée de l’immunothérapie, nous assistons à un regain d’intérêt pour notre spécialité, ce qui est évidemment une bonne nouvelle pour tous nos malades.

Nous avons eu une session de poster discussion centrée sur plusieurs sujets :

  • un premier sur les tumeurs rares,[1] qui sont les tumeurs des glandes salivaires, notamment sur des tumeurs rares comme les carcinomes des canaux salivaires, et avec les premiers résultats en termes de traitement anti-androgène en adjuvant qui montreraient un bénéfice sur une étude rétrospective. Cela reste bien sûr à confirmer, mais c’est clairement un avantage pour les patients traités en adjuvant par rapport au traitement standard qui est simplement la radiothérapie seule. Là, l’équipe hollandaise ainsi que l’équipe italienne ont montré que les patients traités par anti-androgène après l’administration de la radiothérapie avaient finalement une survie améliorée.

  • Deuxièmement, une description d’une nouvelle entité qui est le MASC,[2] les cancers sécrétoires des glandes salivaires qui, finalement, ressemblent à des cancers du sein mais avec une anomalie de fusion génétique tout à fait spécifique — c’est la première grande série qui décrit le bon pronostic de ces patients.

  • Par ailleurs, nous avons eu le premier résultat de l’étude ELAN-ONCOVAL.[3] C’est le grand programme français qui concerne la prise en charge des patients âgés atteints de cancer ORL. Il s’agissait des résultats en termes de faisabilité de l’évaluation gériatrique qui permet de classer les patients en fragiles ou non fragiles et qui montrent qu’avec un test adapté aux patients ORL, on peut tout à fait réaliser cette évaluation gériatrique en pratique par les médecins, en environ 20 minutes, ce qui permet de montrer qu’on peut tout à fait, dans cette pathologie, avoir une meilleure évaluation avant la prise en charge adaptée de ces patients.

  • Enfin, nous avons eu des résultats sur les cancers du cavum, qui concernent évidemment essentiellement l’Asie, pour des tentatives de redéfinition de classification mais qui pour l’instant n’ont pas de conséquences réellement pratiques. Et il est clair que, en ce qui concerne les patients en rechute, l’apport d’un anti-angiogénique comme le bévacizumab ne parait pas apporter de bénéfices[4] pour ces patients.

En ce qui concerne l’immunothérapie, il y a plusieurs sessions au cours de ce congrès.

  • Nous avons eu le résultat préliminaire de l’étude CheckMate-358, [6] qui est non pas en rechute, mais en néoadjuvant, testant le nivolumab chez des patients dès leur prise en charge, qui montre des résultats intéressants, mais qui reste à confirmer, puisque s’il existe des réponses, on peut également avoir, à l’inverse, des progressions. Donc, un espoir apporté évidemment par ces immunothérapies, qui reste à confirmer par les futurs essais et notamment en combinaison avec de nouvelles molécules.

  • Des nouvelles molécules ont d’ailleurs été rapportées, notamment par Ezra Cohen : l’association durvalumab + un anti-STAT3[7] − cette nouvelle molécule est un antisens STAT3 qui intervient pour diminuer le caractère immunosuppressif des cancers ORL. Donc cette combinaison apparaît assez prometteuse, en tout cas sur les premiers résultats, puisque nous avons vu présentées des réponses complètes chez des patients qui n’avaient jamais reçu d’immunothérapie préalablement. Donc, une piste à suivre de très près. Et c’est ce qui est programmé, bien sûr, dans les essais futurs.

Voilà ce que je voulais dire en préliminaire. L’immunothérapie a été finalement une nouvelle fois le traitement le plus évoqué et étudié cette année encore, lors du congrès, mais nous avons pu voir que, par ailleurs, en ce qui concerne la prise en charge globale des patients, notamment des sujets âgés, des progrès sont réellement faits.

Je vous remercie pour votre attention.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....