L’excès de graisses saturées pourrait majorer le risque de cancer du poumon

Vincent Richeux, Lisa Rapaport

Auteurs et déclarations

17 août 2017

Washington, Etats-Unis Si une alimentation riche en acides gras saturées est connue pour favoriser l'apparition de maladies cardiovasculaires, elle serait également associée à un sur-risque de cancer du poumon, selon une analyse américaine, qui a porté sur plus d'un million d'individus [1].

En considérant uniquement ceux qui sont fumeurs ou qui l'ont été, les résultats montrent qu'ils sont exposés à un risque supplémentaire de développer ce cancer de 15%, en particulier pour le cancer bronchique à petites cellules (CBPC), une forme agressive liée au tabagisme, rapporte l'agence Reuters.

Alors que l'un des moyens de se protéger du cancer du poumon est, sans conteste, d'éviter de fumer, « adopter un régime alimentaire sain peut aussi contribuer à réduire le risque de cancer du poumon », a affirmé Danxia Yu (Vanderbilt University Medical Center, Nashville, Etats-Unis), co-auteure de l'étude.

Risque accru de 14%

Pour mener cette analyse, les chercheurs ont repris les données de dix cohortes, constituées aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, afin d'évaluer l'influence de l'alimentation sur le risque de cancer du poumon. Au total, elles ont inclus plus de 1,4 million de volontaires, qui ont été suivis, en moyenne, pendant neuf ans.

Les individus ont été classés en cinq catégories, selon leurs apports quotidiens en graisses totales et saturées. De même, cinq autres catégories ont été constituées pour distinguer les apports en acides gras mono et polyinsaturés.

Au total, 18 822 cas de cancer du poumon ont été recensés pendant la période de suivi. L'analyse montre que les individus ayant les régimes alimentaires les plus riches en graisses et en acides gras saturés présentent un risque accru de cancer du poumon de 14%, comparativement à ceux optant pour une alimentation pauvre en graisse.

A l'inverse, les acides gras polyinsaturés (oméga-3, oméga-6…) aurait un effet protecteur contre ce cancer, ceux en consommant le plus ayant un risque réduit de 8% par rapport à ceux qui en consomment le moins. Aucune association n'est apparue pour les acides gras mono-insaturés, comme l'acide oléique (présent dans les huiles végétales).

Adopter un régime alimentaire sain peut aussi contribuer à réduire le risque de cancer du poumon Danxia Yu

D’autres facteurs en jeu ?

Les chercheurs ajoutent qu'en substituant 5% des calories provenant des graisses saturées par un apport en acides gras polyinsaturés, le risque de développer un cancer bronchique à petite cellule ou un carcinome épidermoïde est réduit respectivement de 16 et 17%.

« Les résultats de cette analyse suggèrent qu'une modification dans les apports en graisses, en substituant les acides gras saturés par des acides gras polyinsaturés, pourrait réduire le risque de cancer du poumon, en particulier chez les fumeurs », ont-ils conclu.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....