La série de Netflix « 13 reasons why » incite-t-elle les jeunes au suicide ?

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

14 août 2017

San Diego, Etats-Unis -- Depuis le printemps dernier, une série américaine diffusée sur la plateforme Netflix, intitulée « 13 reasons why », et mettant en scène des adolescents est extrêmement décriée (voir encadré). Elle est en effet accusée de glorifier le suicide, ou au minimum de le rendre « glamour ». Des parents, éducateurs et professionnels de santé ont largement mis en garde contre le risque de passages à l’acte. Pour vérifier la réalité de ces préoccupations, un chercheur a comptabilisé les recherches Internet en rapport avec le suicide après diffusion de la série et le résultat – publié dans une lettre du JAMA – indique effectivement une recrudescence de celles-ci [1]. Faut-il y voir l’occasion d’une prise de conscience sur le suicide des ados, d’un dialogue ou une incitation pure et simple nécessitant interdictions et mises en garde ? Le débat – qui semble malgré tout plus toucher le continent américain – est (re)lancé.

13 Reasons Why : le pourquoi de la controverse
Pour ceux qui serait en retard d’une série, Treize raisons (13 Reasons Why) est une adaptation d’un roman américain pour jeunes adultes de Jay Ascher, publié en 2007. Le synopsis est le suivant (voir la bande annonce) : un adolescent, Clay Jensen, reçoit un lot de sept cassettes audio enregistrées par une jeune fille, Hannah Baker, laquelle relate les treize raisons et circonstances qui l’ont poussée à mettre fin à ses jours (chaque cassette ayant une raison par face, à l'exception de la septième). Chacune de ces raisons est l’occasion de mettre en avant la responsabilité de certains élèves quant au suicide de Hannah et d’évoquer des sujets comme le harcèlement scolaire, l’intimidation et le viol. La série a été l’objet de nombreux commentaires (qui ont atteint un nombre record sur Twitter) et articles (plus de 600 000). Considérant qu’elle pouvait inciter au suicide, la série a fait l’objet d’une forte controverse. Parmi les sujets les plus débattus, la scène finale où on voit Hannah se couper les veines, crier, pleurer avant de se vider de son sang pendant 3 minutes avant que sa mère ne la retrouve sans vie dans la baignoire. Une scène extrêmement réaliste (dont on peut trouver des extraits sur YouTube) et qui a rarement été montrée de façon aussi brute et intégrale à l’écran.

Augmentation des recherches sur le Net de 19%

John W. Ayers, chercheur à l’Université de San Diego, et ses collègues ont conduit une approche qu’ils qualifient de « quasi-expérimentale » dans laquelle ils ont comptabilisé les recherches faites sur 20 items impliquant le mot ou la notion de suicide entre le 31 mars 2017 et le 18 avril 2018 après diffusion de la série. Ils ont comparé le résultat à une période antérieure (avant toute diffusion des épisodes). Le résultat ne laisse pas de doute quant à l’impact de « 13 reasons why », puisque les recherches tournant autour du mot « suicide » ont augmenté de 19% (IC95% CI 14%-24%) dans les 19 jours qui ont suivi la diffusion, soit 900 000 à 1,5 millions de recherches supplémentaires par rapport à ce qui était attendu. Plus précisément, 17 des 20 recherches qui ont connu une fort succès sur le Net étaient directement liées à la réalisation du passage à l’acte, avec des items comme « comment se suicider », « se suicider », « comment se tuer ». A noter, les numéros d’urgence type « SOS suicide » ou « numéro de hotline » ont aussi connu une recrudescence.

 
Au vu des résultats de l’étude, John W. Ayers recommande des solutions fortes, comme la suppression des scènes de suicide, l’insertion du numéro de hotline dans chaque épisode, ou que la série soit testée sur un panel de spectateurs avant diffusion.
 

Ce qui conduit les auteurs à conclure que « 13 reasons why » a probablement créé une prise de conscience sur la question du suicide, mais a aussi induit (non intentionnellement) une « idéalisation » du geste. Tout en précisant que « l’on ne sait pas réellement si une recherche précède une tentative de suicide », les auteurs notent qu’il existe « une tendance allant dans ce sens, une augmentation des tentatives après que les médias ont couvert le sujet, et un plus grand nombre de requête sur des méthodes précises pour mettre fin à ses jours après la diffusion de la série ».

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....