Frais de santé à l’étranger : l’addition peut être sévère, vérifiez votre couverture avant de partir

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

1er août 2017

France --- En 2015, la MGEN publiait une carte mondiale du coût de la santé pour les soins les plus habituels. La France est, avec les pays d’Afrique, l’un des pays les moins chers. Parmi les pays où l’addition est la plus élevée on retrouve comme attendu les Etats-Unis.

En tête des soins les plus chers : Grèce, Turquie, Portugal…

Mais cette carte réserve quelques surprises que bien des médecins et des patients français ignorent. Parmi les destinations habituelles de vacances de nos compatriotes, certains se révèlent particulièrement onéreuses même pour des soins de base : Grèce, Turquie, Portugal, Russie, Chine, Vietnam, Emirats Arabes Unis…Dans tous ces pays, les patients étrangers sont généralement pris en charge dans des structures privées et l’accès aux soins dans les hôpitaux publics restent restreints en particulier du fait de la langue et de l’implication nécessaire de proches pour la prise en charge des repas, de la blanchisserie et souvent de l’achat de médicaments.

Carte Européenne d’Assurance Maladie

Lorsqu’ils séjournent en Europe, les français qui ont fait la demande d’une Carte Européenne d’Assurance Maladie peuvent éviter le paiement des frais médicaux dans certains établissements publics. Néanmoins, dans tous les hôpitaux ou cliniques privées, ils doivent faire l’avance des frais et ils pourront se faire rembourser sur la base et dans la limite des tarifs forfaitaires français en vigueur, et non pas sur la base des dépenses réelles (Voir aussi notre article Sécurité sociale : frais médicaux à l’étranger à la hausse). 

L’assurance Maladie recommande aux personnes qui partent en vacances en dehors de l’Europe de souscrire un contrat d’assistance ou d’assurance qui garantit la prise en charge des frais médicaux engagés et le rapatriement sanitaire en cas de maladie à l’étranger.

L’Assurance Maladie précise aussi que lorsqu’un assuré part en vacances dans son pays d’origine (hors UE), il peut exister des conventions de soins médicaux , mais qu’il est nécessaire de contacter au préalable la caisse d’assurance maladie pour préciser la champ d’application de ces dispositions et, le cas échéant, les formalités à accomplir avant le départ.

L’assurance : un indispensable dont il faut vérifier les contrats

Dans tous les autres cas, il est indiqué sur le site du Ministère des affaires étrangères et du développement international qu’il « relève de la responsabilité individuelle de chacun de prévoir une assurance-rapatriement avant tout déplacement à l’étranger ».

Le Ministère précise aussi que « dans des situations d’urgence où un risque vital est avéré pour l’un de nos compatriotes, le ministère des affaires étrangères peut, malgré l’absence d’assurance, conduire, à titre exceptionnel, le rapatriement. Nos compatriotes et leurs familles sont informés en amont des modalités budgétaires de ces opérations, qui donnent lieu à une avance par le ministère des affaires étrangères et à un engagement de remboursement de la dette ainsi contractée envers l’Etat ».

Si les cartes de payement (cartes bancaires), certaines mutuelles et assurances prennent en charge des soins médicaux et des rapatriements, elles n’interviennent qu’en complément de la Sécurité Sociale, il faut donc être assuré social pour en bénéficier. En outre, le plafond des dépenses couvertes doit être vérifié avant le départ puisqu’il peut aller de moins de 5 000 euros à plus de 150 000 selon le type de contrat.

Enfin, les voyageurs doivent être informés que la plupart des assurances de base appliquent des exclusions en cas de maladies préexistantes ou d’hospitalisation récentes.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....