Infections VIH et hépatites : les soins funéraires autorisés au 1 janvier 2018

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

25 juillet 2017

Paris, France 32 ans après son instauration, l’interdiction des soins funéraires (thanatopraxie) pour les personnes séropositives au VIH ou à une hépatite virale est officiellement levée. Un arrêté signé de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, a été publié au Journal officiel, jeudi 20 juillet. La mesure prendra effet le 1er janvier 2018.

« Si nos associations saluent bien sûr cette avancée historique, sa lenteur nous laisse un goût amer », soulignent les associations de lutte contre le VIH/Sida et les hépatites virales dans un communiqué joint[1].

Les associations précisent que « bien qu’aucun cas de transmission du VIH dans le cadre de soins funéraires n’ait été rapporté, cette interdiction prévaut depuis 1986 […] Trente-deux ans d’une discrimination qui complique voire entrave l’accès au corps après le décès pour les proches des défunts […]. »

 
Si nos associations saluent bien sûr cette avancée historique, sa lenteur nous laisse un goût amer.
 

Un parcours du combattant

Les associations rappellent qu’une première promesse de levée de l’interdiction avait été faite par le ministre Xavier Bertrand en 2011, sans aboutir. Puis en 2012, les associations avaient obtenu la promesse formelle du candidat puis Président François Hollande. En 2015, cette levée d’interdiction devait être rendue possible par la loi de modernisation du système de santé portée par Marisol Touraine. Mais, le vote de l’Assemblée nationale n’avait pas suivi. Depuis 2016, le gouvernement s’est engagé pour une levée de l’interdiction par voie réglementaire. Un processus long, en concertation avec les associations et les représentants-es de la profession, qui s’achèvera donc le 1er janvier 2018.

« Nos associations feront désormais preuve d’une grande vigilance pour que cette nouvelle réglementation soit appliquée sur l’ensemble du territoire. Aucun « droit de retrait » ne saurait servir de prétexte à la perpétuation d’une discrimination sérophobe et à la diffusion d’informations mensongères et stigmatisantes sur le VIH et les hépatites virales », concluent les associations.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....