Vaccin rougeole : les Etats-Unis préconisent une injection avant de se rendre en France

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

13 juillet 2017

Atlanta, Etats-Unis -- Stigmatisation ou simple prise en compte de la situation épidémique en France ? Depuis le début du mois de juillet 2017, le CDC américain recommande aux personnes qui se rendent en France de se faire vacciner contre la rougeole si leurs vaccinations ne sont pas à jour.

Pas une interdiction mais une sensibilisation

Ils justifient cette recommandation par le nombre élevé de cas rapporté récemment par les autorités sanitaires françaises. Il ne s’agit pas d’une interdiction de voyager mais d’une sensibilisation au risque infectieux particulier dans un pays (niveau 1 pour un niveau d’alerte possible allant de 1 à 3).

Le même jour, le CDC a aussi émis un avis de niveau 1 pour la République Démocratique du Congo, elle aussi touchée par des épidémies de rougeole.

Le CDC américain précise que les 6-11 mois ne devraient voyager en France que s’ils ont reçu au moins une injection de vaccin contre la rougeole et les plus de 1 ans doivent avoir été vaccinés au moins 2 fois.

Les précautions usuelles – lavage de main, éviter les contacts entre les mains sales et le nez ou la bouche… – sont aussi détaillées dans l’avis de niveau 1.

Rappelons que les Etats-Unis ne sont pas exempts de cas de rougeole ( voir la vidéo du Pr Perronne ). Après avoir éradiqué la maladie infantile en 2000, le recul de la vaccination s’est soldé par un nombre record de cas de rougeole en 2014 sur tout le territoire américain. Et l’année 2015 a vu la dissémination de cas dans 17 états à partir d’un parc de loisirs californien.

 

Si en principe, dans tous les états américains, les enfants à partir de 5 ans doivent être vaccinés contre la rougeole pour être admis dans une école publique, il existe de nombreuses clauses d’exemptions (raisons médicales, motifs religieux ou philosophique).

Près de 40 décès en Europe depuis le début 2017

Début juillet, une nouvelle alerte a été lancée par l’OMS en raison d’une épidémie européenne qui a déjà fait plus de 31 morts en Roumanie, deux en Italie, un en Allemagne et un au Portugal. Il s’agissait majoritairement de personnes non vaccinées qui ont succombé à une pneumonie.

L’OMS alarmée sur le recul de la vaccination contre la rougeole a précisé que le vaccin ROR n’est pas à l’origine de l’autisme en dépit d’une étude publiée en 1998 « qui comportait de graves irrégularités et qui avait été retirée par la suite par la revue qui l’avait initialement publié ».

56 % des français opposés aux nouvelles vaccinations

En France, la Ministre de la Santé a annoncé le 5 juillet une extension de l’obligation vaccinale, passant de 3 vaccins obligatoires à 11.

A cette occasion et à propos de la rougeole, elle précisait « la couverture vaccinale à 2 ans est de 78% alors que, tant qu’elle n’atteindra pas le niveau de 95 %, le risque de vagues épidémiques périodiques persistera. Entre 2008 et 2016, plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés. Près de 1 500 cas ont présenté une pneumopathie grave, 34 une complication neurologique et 10 sont décédés.

Cette situation est intolérable. Nous ne pouvons pas accepter que des enfants et des adolescents meurent alors qu’il existe un vaccin susceptible de les protéger ».

Ce choix politique est radical alors qu’actuellement 41 % des français disent se méfier des vaccinations.

Il a été salué par 200 médecins qui lancé un appel en faveur de la vaccination et « contre les discours des lobbys antiscientifiques et anti vaccination qui jouent sur la peut. Ils ne démontrent rien et s’appuient sur quelques très rares effets secondaires pour discréditer les vaccins qui sauvent des millions de vies ».

L’adhésion au nouveau programme de vaccinations semble loin d’être acquis puisque 56 % des français sont actuellement opposés à cette initiative.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....