Déprescrire une statine en fin de vie : beaucoup de patients y sont favorables

Vincent Bargoin, avec Patrice Wendling

Auteurs et déclarations

20 juin 2017

En fin de vie, oui. Mais quel est le seuil de la déprescription ?

« Peu de patients expriment des inquiétudes à l’arrêt des statines ; beaucoup en perçoivent les bénéfices potentiels », résument les auteurs.

« Nous ne savions pas ce que nous allions trouver », rapporte le Dr Jennifer Tija (University of Massachusetts Medical School, Worcester), premier auteur de l’étude, interviewée par Medscape International. « Mais je pense qu’il y a des praticiens qui vont être surpris ».

En l’absence de recommandation pour les soins de fin de vie, « beaucoup de médecins redoutent que leur patient se sente abandonné » en cas d’arrêt d’un traitement. « On raconte beaucoup d’histoires sur ce que les patients pourraient ressentir si l’on aborde le sujet », ajoute-t-elle.

 
Peu de patients expriment des inquiétudes à l’arrêt des statines Les auteurs
 

Du côté des cardiologues, la question reste difficile. « Des données en population générale montrent que l’arrêt des statines est associé à un risque accru de récurrence cardiovasculaire. Cela fait partie de la culture de la cardiologie : lorsqu’on commence un traitement par statine, c’est un traitement à vie », explique le Dr Michael Rich (Washington University, St Louis), à Medscape International.

Pour ce cardiologue, non impliqué dans l’étude, mais qui présidait une session de cardiologie gériatrique lors de l’ ACC 2017 , « la cardiologie en tant que spécialité a encore du mal à passer d’un traitement agressif à une prise en charge palliative, plus tournée vers le confort du patient. Il est par ailleurs difficile de déterminer à quel moment aborder la question, en particulier celle de l’interruption des statines ».

« Chez un patient de 83-85 ans, qui n’est pas nécessairement en fin de vie mais qui présente plusieurs morbidités, et qui ne veut pas prendre 15 ou 20 traitements, faut-il envisager la déprescription d’une statine ? »

L’étude a reçu un financement du National Institute of Nursing Research, attribué via le Palliative Care Research Cooperative Group.

Le Dr Furuno déclare des liens d’intérêt avec Merck.

Le Dr Tija déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en rapport avec le sujet.

Les déclarations d’intérêt des autres auteurs figurent dans la publication.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....