Enfant voyageur : que mettre dans la trousse à pharmacie ?

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

19 juin 2017

Marseille, France -- Pour les Drs Nathalie de Surmain et Béatrice Quinet (Consultation de l’enfant voyageur, hôpital Trousseau, Paris), « la plus belle chose que l’on puisse ramener de voyage, c’est soi-même sain et sauf ». Et pour les enfants qui voyagent de plus en plus nombreux, cette maxime est parfois une gageure, d’autant que la morbidité augmente avec la durée de séjour. Une session du Congrès de la Société Française de Pédiatrie a permis de faire le point sur les indispensables de la trousse de l’enfant voyageur [1].

De l’enfant qui va au pays d’origine au globetrotteur

Pour préparer un voyage, conseils, vaccinations et aide à la réalisation d’une trousse de voyage sont essentiels. En effet, se munir à l’avance de traitements est devenu une nécessité car dans certains pays de plus en plus de médicaments vendus en pharmacie ou sur les marchés sont des contrefaçons qui peuvent se révéler inutiles, voire nocifs.

Outre ce volet médical, le médecin doit aussi sensibiliser les familles aux coûts des soins hors de France. Pour pallier aux frais d’hospitalisation et de rapatriement, une assurance voyage adaptée doit être souscrite et les conditions de prise en charge (quel montant de soins ? quelles exclusions ?) doivent être analysées en fonction de la destination et des antécédents de l’enfant.

 
La plus belle chose que l’on puisse ramener de voyage, c’est soi-même sain et sauf Drs de Surmain et Quinet
 

Pas de recette unique pour constituer la « trousse »

« Le rôle du médecin spécialisé dans le voyage et des médecins traitants est de fournir aux familles des indications pour la confection de la « trousse de voyage » qui comprend du matériel, de l’information et des sites de référence ou adresses d’établissements de soins à utiliser pendant le séjour à l’étranger. Bien sûr, il n’y a pas de recette unique pour constituer la « trousse » puisqu’elle dépend des voyageurs, du voyage, de la compréhension, de l’adhésion de la famille aux préconisations, du poids limité des bagages, des finances (puisqu’en présence de plusieurs enfants, le cout total peut être élevé), du niveau de stress de la famille et des possibilités locales de recours aux soins », insistent les Drs de Surmain et Quinet.

Aujourd’hui, les enfants les plus à risque de pathologie du voyage sont ceux nés en France qui effectuent une visite à leur famille restée dans le pays d’origine et les enfants « globe trotteurs » qui partent pour de longs trajets.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....