AVC thrombolysé : le tenecteplase substituable à l’alteplase dans l’essai NOR-TEST

Vincent Bargoin, avec Sue Hugues

Auteurs et déclarations

5 juin 2017

Prague, République Tchèque — Le tenecteplase (Metalyse®, Boehringer Ingelheim), se montre non inférieur à l’alteplase (Actilyse®, Boehringer Ingelheim) dans l’AVC ischémique, en termes d’efficacité et de sécurité.

Ce résultat est issu de l’étude norvégienne NOR-TEST (Norvegian Tenecteplase Stroke Trial) présentée par le Dr Nicolla Logallo (Bergen) lors de la 3ème European Stroke Organisation Conference (ESOC) 2017 [1].

Par rapport à l’alteplase, qui est un tPA recombinant, le tenecteplase, jusqu’à présent utilisé dans l’infarctus du myocarde, est un tPA modifié au niveau de trois sites, ces modifications permettant une plus grande spécificité pour la fibrine, et une résistance plus importante à l’inactivation par le plasminogen activator inhibitor-1 (PAI-1).

A ces deux caractéristiques s’ajoute la possibilité d’administrer le tenecteplase en un bolus unique, là où le bolus IV d’alteplase doit être suivi d’une perfusion.

« Compte-tenu des résultats de NOR-TEST, les médecins pourraient choisir d’utiliser le tenecteplase, plus pratique », a estimé le Dr Logallo.

Première phase 3 tenecteplase versus alteplase dans l’AVC ischémique

Jusqu’à présent, seules des études de petite taille avaient été menées sur le tenecteplase dans l’AVC ischémique, aboutissant à des résultats contradictoires.

Notamment, un essai d’escalade de dose avait été interrompu, après qu’un risque d’hémorragie cérébrale symptomatique ait été constaté à la dose de 0,4 mg/kg. Les études ultérieures, menées avec des doses plus faibles, suggéraient une efficacité comparable à celle de l’alteplase, a indiqué le Dr Logallo.

NOR-TEST est à ce jour la plus importante étude comparant les deux fibrinolytiques. Il s’agit d’une phase 3 multicentrique (13 centres norvégiens), menée chez 1107 patients éligibles au traitement par alteplase, non sélectionnés. Les résultats « devraient donc s’appliquer à la population générale des patients victimes d’AVC ischémique », a indiqué le Dr Logallo.

On note cependant que les patients présentant un risque hémorragique accru, ou un score mRS (modified Rankin Scale) > 3 avant l’AVC, ont été exclus de l’étude.

Les patients inclus ont donc été randomisés dans les 4 heures 30 suivant l’apparition des symptômes, entre le traitement par alteplase (0,9 mg/kg, 10% en bolus, et 90% en perfusion de 60 minutes) ou telecteplase (0,4 mg/kg, en un bolus IV).

La dose de telecteplase utilisée est donc celle qui a déjà été signalée pour son risque hémorragique. Toutefois, « il n’y a pas de preuve solide que la plus forte dose de tenecteplase (0,4 mg/kg) augmente le risque de transformation hémorragique. Pour maximiser l’effet thrombolytique du tenecteplase, l’étude NOR-TEST prévoit donc l’administration d’une dose élevée de tenecteplase, parallèlement à une surveillance étroite des saignements majeurs », écrivent les auteurs dans le papier de présentation de leur étude.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....