En pratique

Sclérose en plaques et alimentation: données récentes du congrès AAN

Véronique Duqueroy

Auteurs et déclarations

24 mai 2017

Dans cet article

Obésité et comorbidités

Le diabète, les maladies cardiaques, la dépression et l'anxiété, sont associés à un risque accru de décès chez les patients SEP [6,7]. Les recommandations diététiques actuelles pour ces pathologies, telles que le régime méditerranéen, pourraient donc s'appliquer. L'obésité, fortement associée à la SEP, constitue également un facteur de risque important. Les femmes obèses sont particulièrement concernées, surtout lorsque le surpoids est présent dès l'adolescence. Le risque de développer une SEP est en effet double chez les femmes qui étaient en surpoids à 20 ans comparativement à celles plus minces au même âge [8,9]. Il convient donc de « s'assurer que les patients maintiennent bien un poids santé », selon le Dr Giesser.

 « Les patients avec une SEP devraient maintenir un poids santé » Pr B. Giesser

Les individus obèses atteints de SEP devraient donc être orientés, lorsque que c'est possible, vers un régime amaigrissant. Une étude pilote, présentée à AAN 2017 a montré la faisabilité de deux types de stratégies diététiques chez les patients SEP. La réduction calorique continue (avec une réduction quotidienne de 22% des besoins caloriques) et le jeune intermittent (avec une réduction calorique de 75%, 2 jours par semaine) étaient comparables en termes de perte de poids (3,4 kg en 8 semaines) et de diminution de la masse du tissu adipeux viscéral, comparativement à un régime alimentaire stable. Des études de suivi sont prévues pour comparer l'effet de ces régimes sur les marqueurs de l'inflammation [10].

Traitement....