Burn-out : les nouvelles recommandations de la HAS

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

22 mai 2017

Paris, France— Face à l’ampleur prise ces dernières années par le phénomène du syndrome d’épuisement professionnel, également appelé burn-out, la Haute Autorité de Santé (HAS) vient de publier une fiche mémo pour aider les médecins à le diagnostiquer, le prendre en charge de façon adaptée et accompagner le retour au travail [2].

L’institution reconnait que le Burn-out est « sujet à débat et à controverse ». Elle rappelle d’ailleurs qu’il n’est pas considéré comme une maladie dans les classifications de référence mondiales comme le CIM-10 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et DSM-5 de l’American Psychiatry Association (APA).  

 
Le syndrome d'épuisement professionnel...nécessite une prise en charge médicale. Haute Autorité de Santé (HAS)
 

Toutefois, elle indique que « le syndrome d'épuisement professionnel peut avoir des conséquences graves sur la vie des personnes et nécessite une prise en charge médicale. »

Elle souligne qu’après les affections de l’appareil locomoteur, la souffrance psychique causée ou aggravée par le travail est le 2e groupe d’affections  d’origine professionnelle décrit dans la population salariée active française [2].

Définition du Burn-out

Le syndrome d’épuisement professionnel, équivalent en français du terme anglais  burnout, se traduit par un « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel »[3].Les travaux de Christina Maslach ont permis de concevoir le burn-out comme un processus de dégradation du rapport subjectif au travail à travers trois dimensions : l’épuisement émotionnel, le cynisme vis-à-vis du travail ou dépersonnalisation (déshumanisation, indifférence), la diminution de l’accomplissement personnel au travail ou réduction de l’efficacité professionnelle.

Manifestations cliniques et démarche diagnostique

En premier lieu, la HAS indique « qu’identifier le burn-out est complexe pour différentes raisons : ses manifestations diffèrent d'un individu à l'autre, s'installent de manière progressive voire insidieuse et sont parfois les mêmes que pour d'autres troubles psychiques ou maladies. »

Les principaux symptômes sont:  

  • émotionnels : anxiété, tensions musculaires diffuses, tristesse de l’humeur ou manque d’entrain, irritabilité, hypersensibilité, absence d’émotion ;

  • cognitifs : troubles de  la mémoire, de l'attention, de la concentration... ;

  • comportementaux ou interpersonnels : isolement social, comportement agressif ou violent, diminution de l'empathie, comportements addictifs... ;

  • motivationnels : désengagement, remise en cause professionnelle, dévalorisation... ;

  • physiques : asthénie, troubles du sommeil, troubles musculo-squelettiques, crampes, céphalées, vertiges, anorexie, troubles gastro-intestinaux.

Concernant la démarche diagnostique, la HAS indique : « qu’après avoir identifié ces manifestations et écarté l'hypothèse d'une maladie physique, il faudra juger de leur sévérité et évaluer en priorité le risque suicidaire. »

Elle préconise d’ailleurs de solliciter l’aide d’un psychiatre.

Analyse des conditions de travail et des facteurs de risques personnels

La HAS recommande une analyse des conditions de travail et des facteurs individuels, afin d'établir le bon diagnostic.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....