Arthrose du genou : trop d’infiltrations de corticoïdes détruirait le cartilage

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

23 mai 2017

Les chercheurs indiquent que leurs résultats diffèrent de ceux de plus petites études réalisées précédemment. Mais, ils expliquent ces divergences par la méthode d’évaluation de la perte du cartilage. Dans les travaux précédents, la perte de cartilage était évaluée par radiographie, un examen qui ne fournit pas d’image directe du cartilage. « Il est donc possible qu’elle n’ait pas pu détecter les petites variations de perte de cartilage qui sont mesurables avec l’IRM dans cette étude », commentent-ils.

Pas d’intérêt sur la douleur ?

Sur une échelle d’auto-évaluation de la douleur de 0 à 20, les patients ayant reçu les infiltrations de corticoïdes ont indiqué que leur douleur avait diminué de 1,2 point vs 1,9 point dans le groupe contrôle (IC 95 % : -1,6 à 0,29). Aucune de ces variations n’était cliniquement significative.

Toutefois, les chercheurs précisent que la douleur n’a été évaluée que tous les 3 mois et non dans les 4 semaines suivant les injections, lorsque le bénéfice est le plus important. L’évaluation n’a pas porté sur le soulagement de la douleur associée à une poussée d’arthrose.

Pas de problème de tolérance

Concernant les effets secondaires associés aux infiltrations, ils étaient similaires dans les deux groupes, 5 sont survenus chez les patients recevant la triamcinolone (rougeurs au visage n=1, douleurs au site d’injection n=4) et 3 chez ceux recevant le placebo (cellulite infectieuse n=1, douleurs au site d’injection n=2). A noter, le taux d’hémoglobine glyquée était légèrement accru dans le groupe placebo.

Quels mécanismes biologiques ?

Concernant les mécanismes éventuels impliqués dans cette perte du cartilage, les chercheurs mentionnent les effets cataboliques de la cortisone sur les chondrocytes [2]. « Ils suggèrent qu’il y a une augmentation de la production d’enzymes qui détruiraient le cartilage. Je pense que c’est extrêmement hypothétique », souligne le Pr Berenbaum qui insiste : « Encore une fois, ces résultats montre que l’indication des infiltrations de corticoïdes en cas de poussée arthrosique est la bonne. »

Cette étude a été financée par le National Institutes of Health . Les auteurs n’ont pas de liens d’intérêt en rapport avec le sujet. Le Pr Berenbaum a déclaré les liens d'intérêts financiers suivants :
- recherche clinique: Servier, TRB Chemedica
- orateur ou conférencier : Expanscience, Pfizer, Servier

Crédit photo :Inserm_BegouenEtienne

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....