Intolérance ou hypersensibilité au gluten ? Les pièges diagnostiques

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

15 mai 2017

Une démarche diagnostique très codifiée

Comment faire le diagnostic ? Si les symptômes peuvent être difficiles à identifier, la démarche diagnostique est quant à elle très codifiée. Elle passe par :

  • La réalisation de biopsies intestinales (chez l’adulte)

  • La recherche d’anticorps :

    Les antitransglutaminases +++ (remboursement sécurité sociale)

    Les IgA

  • L’amélioration clinique et histologique après régime sans gluten

« En cas de doute devant une forme atypique, le génotypage HLA DQ2/8 est intéressant, mais attention, il n’aura qu’une valeur pronostique négative. En l’absence de gène DQ2 ou DQ8, on a, a priori, 100% de chance de ne pas avoir de MC (sauf cas très rares) », précise le Pr Cellier.

« Prudence, ajoute-t-il, différents tests d’intolérances alimentaires (par IgG), immunotest ou tests urinaires, se répandent mais n’ont aucune validité scientifique. De même, il faut éviter les régimes restrictifs, qui sont sans intérêt, voire dangereux, et peuvent conduire à l’orthorexie ».

 
Différents tests d’intolérances alimentaires (par IgG), immunotest ou tests urinaires, se répandent mais n’ont aucune validité scientifique – Pr Cellier
 
Atrophie villositaire sous olmésartan

Il existe d’autres causes d’atrophie villositaire que la maladie cœliaque comme :

- des déficits immunitaires,

- des infections (giardia lamblia),

- ou encore des médicaments, au premier rang desquels l’antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II, l’olmésartan, et les sartans en général.

« Donc, si l’atrophie villositaire observée qui ne ressemble pas à une MC chez un patient qui prend de l’olmésartan, pensez à arrêter ce traitement » conseille le gastro-entérologue.

Pas de médicament disponible

Aujourd’hui, le traitement se limite à adopter un régime sans gluten (RSG). Ce qui est à la fois simple et compliqué. Blé, seigle, orge sont à éviter (l’avoine n’est pas contre-indiqué), au prix d’une attention de tous les instants, et d’un trou dans le porte-monnaie car les produits sans gluten sont 2 à 3 fois plus chers. Le diagnostic de MC permet toutefois une prise en charge d’environ 45 euros/mois. Le Pr Cellier associe systématiquement le diagnostic à une consultation avec une diététicienne pour expliquer les pièges du régime sans gluten. Et il peut être utile de se rapprocher d’associations comme l’AFDIAG (Association Française Des Intolérants Au Gluten).

Peut-on guérir de la maladie cœliaque après un diagnostic dans l’enfance ?

A priori, non. « En dehors d’exceptionnels cas de tolérance réacquise, la MC est une maladie pour toute la vie et on ne préconise désormais plus de réintroduction du gluten ». Enfin, le RSG est aujourd’hui la seule option disponible. « Il n’existe aucun traitement médicamenteux, malgré une forte demande de la part des patients » confirme le Pr Cellier.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....