Rhinite/asthme allergique : 10 questions sur la désensibilisation des enfants

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

12 mai 2017

Paris, France —Quand peut-on proposer une désensibilisation sublinguale à un enfant souffrant d’une rhinite allergique ? Quels sont les risques associés ? Quelle est son efficacité à long terme ?

Lors d’une session du congrès de la Société Francophone d’Allergologie (SFA) consacrée à la désensibilisation sublinguale de la rhinite allergique chez l’enfant, le Dr Simon Dib (pneumo-allergo-pédiatre, AFPA, Dijon) a listé les questions les plus posées par les parents en y apportant ses réponses [1].

Rhinite et désensibilisation, pour qui ?

Selon les dernières recommandations, cette immunothérapie spécifique doit être réservée à l’asthme léger à modéré avec rhinite ou rhino-conjonctivite allergique. L’allergène responsable doit être clairement identifié par des tests allergologiques et/ou des IgE positifs avec un tableau clinique concordant ; c’est la clé du succès.

L’indication de la désensibilisation est restreinte à l’asthme allergique léger à modéré, « probablement en raison de son coût », indique le Dr Dib (environ 6000 euros pour 3 ans de désensibilisation aux acariens).

Cependant, les études ont montré qu’elle permet également d’éviter le passage de la rhinite allergique à l’asthme. « Plus on est face à une rhinite allergique sévère, persistante, ou chez des enfants polysensibilisés, plus il faut évoquer la désensibilisation car plus le risque de passage à l’asthme est grand », a précisé la modératrice de la session, le Pr Jocelyne Just (hôpital Trousseau, Présidente de la SFA, Paris).

En pratique, les enfants sont sélectionnés sur la sévérité des symptômes, l’absentéisme scolaire, les visites aux urgences, le nombre d’hospitalisations, la durée depuis le début des manifestations cliniques, les doses élevées de traitement, la qualité de vie, et lorsque le contrôle de l’environnement ne suffit plus.

 
Plus on est face à une rhinite allergique sévère, persistante, ou chez des enfants polysensibilisés, plus le risque de passage à l’asthme est grand -- Pr Jocelyne Just
 

Comment se déroule la désensibilisation ?

Après la prescription d’un Apsi (allergène préparé spécifiquement pour un seul individu), la désensibilisation consiste en l’administration de l’extrait allergénique au sujet allergique dans le but d’atténuer les symptômes lors d’une exposition ultérieure.

Pour les pollens, la désensibilisation sublinguale est possible par gouttes et par comprimés. Pour les acariens, elle n’est disponible que par gouttes.

Les concentrations et les doses sont augmentées progressivement jusqu’à une dose « optimale » cliniquement efficace et bien tolérée. Il est recommandé d’atteindre la dose de 300 IR (indice de réactivité)/j.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....