Dynamique des marqueurs cardiaques des marathoniens amateurs

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

11 mai 2017

Le syndrome de l’amateur sous-entrainé ?

Hypothèse inverse : un ST2 élevé persistant entre l’entrainement et la course, pourrait aussi révéler « un stress chronique du myocarde, résultant d’un entrainement en fait insuffisant pour des épreuves d’endurance prolongée comme le marathon, et susceptible d’accélérer l’évolution d’une fibrose ou de tout autre phénomène jusqu’à un stade clinique, plus tard dans l’existence ».

La troponine ultrasensible, hs-TnT, initiale était, elle, proportionnelle à l’intensité de l’entrainement, tandis que son augmentation, comme celle du ST2, était inversement proportionnelle au temps mis pour terminer la course. Les augmentations de hs-TnT étaient par ailleurs un peu plus importantes chez les femmes.

« Le fait que la troponine augmente fortement durant la course, et reste élevée dans les heures qui suivent, pourrait suggérer une souffrance myocardique liée à l’exercice, chez ces sujets », indique le Dr Roca. La question est donc posée « d’un dépistage des marqueurs chez les coureurs amateurs, ou, sans aller jusqu’au dépistage, d’une collecte d’échantillons, pour pouvoir au moins retrouver ce qu’étaient les taux de base en cas d’évènement clinique ultérieur », estime-t-elle.

Plus généralement, le Dr Roca met en garde « les sportifs amateurs, qui considèrent que leur entrainement est suffisant pour courir le marathon », et qui « auraient probablement besoin de revoir cet entrainement à la hausse s’ils veulent limiter la réponse au niveau des marqueurs cardiaques ». Ceci au moins par prudence, et « bien qu’on ne sache pas vraiment si leur santé en sera améliorée ».

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....