Foie gras : comment faire régresser une NASH sans médicament

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

10 mai 2017

Sucres ajoutés : à éviter sans modération

Deuxièmement, les sucres ajoutés en général et les sodas en particulier. Après avoir été mis en cause dans l’obésité, le diabète, les maladies CV, on les retrouve logiquement comme facteur de la stéatose hépatique.

Une corrélation indépendante entre stéatose hépatique et consommation de boissons sucrées a ainsi été montrée dans la cohorte de Framingham [6]. Cette corrélation épidémiologique ne fait toutefois que confirmer ce qu’avait montré quelques années plus tôt une étude d’intervention menée chez 47 patients en surpoids [7].

Dans cette étude, d’origine danoise, la consommation d’un litre de soda par jour, s’était soldée au bout de 6 mois par une augmentation des graisses de l’ordre de 40% au niveau hépatique.

Autre résultat important : cette augmentation n’était pas observée dans trois autres groupes de sujets, chez lesquels le litre de soda était substitué par le même volume de soda « light », d’eau ou de lait. Et ceci alors que sur le plan calorique, l’apport en lait était parfaitement équivalent à l’apport en soda.

« A apport calorique égal, le lait n’augmente pas les lipides hépatiques, les sodas, si », a résumé le Dr Zelber-Sagi.

A apport calorique égal, le lait n’augmente pas les lipides hépatiques, les sodas, si -- Dr Shira Zelber-Sagi

Enfin paramètre aggravant, qu’il ne faut pas perdre de vue lorsqu’on parle des sucres : ils induisent une accoutumance.

Dans une synthèse titrée « the Toxic truth about sugar » publiée dans Nature, Robert H. Lustig (Université de Californie) estime que « les dangers des sucres ajoutés pour la santé justifient leur contrôle, au même titre que l’alcool » [8].

Les travaux menés sur l’exercice physique, indépendamment du régime alimentaire, sont plus récents que ceux menés sur ce dernier. Mais ici encore, les résultats montrent une efficacité.

Deux études ont été publiées cette année.

La première, britannique, montre que chez des sujets obèses (IMC=33 kg/m 2), des séances d’entrainement (vélo et résistance) 3 jours par semaine durant 12 semaines, réduisent les triglycérides hépatiques (ainsi que les triglycérides plasmatiques et la graisse viscérale) – ceci alors que le poids des patients n’a pas bougé [9].

On note toutefois que les marqueurs de l’inflammation ne baissent pas, ni davantage le score de fibrose, en tout cas pas en 3 mois.

La seconde est une méta-analyse japonaise comparant l’efficacité des exercices de résistance et des exercices aérobies [10]. Les auteurs concluent que, pratiqués lors de sessions de 40-45 minutes, trois fois par semaine, durant trois mois, les exercices aérobies et les exercices de résistance sont également efficaces sur la stéatose.

Ils notent que « la consommation d’énergie était significativement inférieure lors des exercices de résistance », lesquels « pourraient être plus faciles à effectuer » par certains patients.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....