Le diabète et ses traitements : effets sur le cerveau

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

21 avril 2017

SERIE -- Le diabète et ses traitements : effets sur l’os, le cœur, le cerveau

 3ème partie / Le cerveau

Lille, France— Lors du congrès annuel de la Société Francophone du Diabète (SFD), trois spécialistes : rhumatologue, endocrinologue et neurologue ont passé en revue les effets non glycémiques des antidiabétiques mais aussi du diabète lui-même.

Après l’os et le cœur, dans cette troisième partie, le Pr Florence Pasquier (neurologue, université Lille 2, CHRU de Lille) a fait le point sur l’état des connaissances sur les effets cognitifs du diabète et de ses traitements [1].

Dans la majorité des études, le diabète de type 2 est associé à un déclin cognitif progressif et à un risque de démence augmenté par 1,3 à 3,4 après ajustement pour les facteurs de risque traditionnels (HTA...), a indiqué le Pr Florence Pasquier (neurologue, université Lille 2, CHRU de Lille) en préambule de son intervention [2,5].

Pourtant, ces troubles cognitifs restent sous-estimés comme l’a montré l’étude française GERODIAB. En outre, les études spécifiquement consacrées au sujet restent limitées en nombre, en durée, en critères utilisés, en tests cognitifs et en imagerie.

Une des raisons de ce nombre limité de travaux est probablement que l’étude de l’association entre le diabète et la cognition est rendue complexe par les nombreux facteurs de confusion : HTA, mode de vie, activité physique, niveau d’éducation, obésité, hyperlipémie, humeur…

Diabète et cognition : quels mécanismes ?

Les mécanismes pathogéniques évoqués pour expliquer l’association entre diabète et déclin cognitif sont les lésions macro et microvasculaires, les troubles du métabolisme du glucose, l’inflammation, l’hyperinsulinémie, la résistance à l’insuline, le stress oxydatif, les facteurs de risque vasculaire (HTA, dyslipidémie, maladie coronarienne), le mode de vie (tabac, activité physique), l’ApoE4…

Concernant les hypoglycémies, selon le Pr Pasquier, les arguments de la littérature ne sont pas constants sur la proportion des troubles cognitifs après hypoglycémies. « Cela n’est pas si automatique que ça », explique-t-elle.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....