Le diabète et ses traitements : effets cardiovasculaires

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

19 avril 2017

En parallèle, l’étude SUSTAIN -6 a montré que le semaglutide (non commercialisé, Novo Nordisk) diminuait significativement le risque cardiovasculaire, principalement via une baisse des AVC non mortels. Elle a montré une diminution significative de 26 % du critère primaire composite associant la mortalité cardiovasculaire, les infarctus du myocarde (IDM) non mortels ou les AVC non mortels avec le semaglutide comparé au placebo.

Un seul bémol pourrait venir de l’impact sur l’insuffisance cardiaque, a indiqué l’orateur. L’essai de phase 2 FIGHT (Functional Impact of GLP-1 for Heart Failure Treatment) n’a montré ni bénéfice, ni effet délétère CV du liraglutide chez quelques 300 insuffisants cardiaques traités durant 6 mois.

Enfin, dans l’essai ELIXA (Evaluation of Lixisenatide in Acute Coronary Syndrome), l’agoniste GLP-1 lixisenatide (Lyxumia®, Sanofi), à durée d’action courte a montré une neutralité CV chez des patients diabétiques présentant un syndrome coronarien aigu récent.

Inhibiteurs de SGLT2

« L’empagliflozine est la molécule pour laquelle la protection cardiovasculaire la plus nette a été observée », a indiqué le Pr Gourdy.

L’empagliflozine est la molécule pour laquelle la protection cardiovasculaire la plus nette a été observée -- Pr Gourdy

Dans l’étude EMPA-REG OUTCOME , le traitement par empagliflozine (Jardiance®, Boehringer Ingelheim/Eli Lilly) de patients diabétiques avec un antécédent cardiovasculaire, s’est traduit par des réductions relatives de la mortalité générale et de la mortalité cardiovasculaire de 32% et 38% respectivement. En outre l’effet a été obtenu rapidement (6 mois). En revanche, les résultats intermédiaires de l’essai CANVAS mené avec la canagliflozine (Invokana®, Invokana vokanamet®, Janssen Cilag) , n’ont pas encore montré de bénéfices cardiovasculaires.

A la question comment expliquer un effet de protection CV si rapide avec l’empagliflozine?, le Pr Gourdy a proposé plusieurs hypothèses :

-En numéro 1, un effet diurétique sans désordre électrolytique (hématocrite + 4 %) ;

-Mais aussi, une amélioration des facteurs de risque CV (Δ HbA1c de -0,3%, Δ poids de – 2kg, ΔPAS de 4 mm Hg, baisse de l’uricémie) ;

-Et peut être un effet néphroprotecteur (?) Baisse de la graisse épicardique (?)

-Et un effet antiarythmique (?) Pas d’activation du SNA.

Insuline

D’après l’étude ORIGIN publiée en 2013, l’insuline, à tout le moins l’insuline Lantus®, présente une bonne sécurité cardiovasculaire.

En conclusion, le Pr Gourdy a souligné que derrière toutes ces considérations sur le choix des molécules, il ne fallait pas oubliez pas de contrôler l’équilibre glycémique des patients « parce que ce qui répond le mieux à cette optimisation glycémique, c’est la réduction du risque d’événements coronaires. »

En outre, il a insisté sur l’importance d’éviter la survenue d’hypoglycémies sévères qui conduisent à des troubles du rythme et qui probablement expliquent une partie des décès par mort subite dans les essais.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....