Le diabète et ses traitements : effets cardiovasculaires

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

19 avril 2017

Glitazones

La pioglitazone diminue le risque de nouvel infarctus et d’AVC en prévention secondaire dans l’essai PROactive , mais augmente le risque de survenue d’une insuffisance cardiaque (événements liés à une IC : +39 %, p = 0,007).

La rosiglitazone n’a pas démontré de bénéfices cardiovasculaires en prévention primaire dans l’étude RECORD et il y a une suspicion de toxicité coronarienne pour la rosiglitazone.

Ces 2 médicaments présentent un risque de décompensation d’une insuffisance cardiaque préexistante liée à leur action de rétention hydrique.

Inhibiteurs de DPP4

« Concernant les inhibiteurs de DPP4, des questions se posent parce qu’au-delà de la dégradation des incrétines, la DPP4 a aussi des fonctions non catalytiques sur la fibronectine, notamment, et donc probablement sur le remodelage cardiaque », a expliqué l’orateur.

Jusqu’ici, trois études phares ont permis de faire le point sur la sécurité CV de cette classe d’antidiabétiques : SAVOR-TIMI 53, TECOS et EXAMINE.

Dans l'essai post-marketing SAVOR-TIMI 53 , le nouvel antidiabétique, inhibiteur de la dipeptidylpeptidase-4 (DPP-4 ou gliptine), saxagliptine (Onglyza®, Bristol-Myers Squibb et AstraZeneca) n’a pas été associé à un excès de risque cardiovasculaire. Toutefois, un excès d'hospitalisations pour insuffisance cardiaque de 27% a été observé dans le groupe de patients diabétiques traités par saxaglitine vs placebo.

L’étude TECOS n’a pas montré de risque cardiovasculaire de la sitagliptine (Januvia®, Xelevia®, Merck) chez des diabétiques de type 2 à haut risque, ni de sur-risque d’insuffisance cardiaque.

Ce résultat tranche avec la décision de la FDA d’imposer à la saxagliptine et l’alogliptine une mise en garde vis-à-vis de l’insuffisance cardiaque.

Les agonistes prolongés du récepteur de GLP1 ont eu un effet significatif sur le risque d’événements cardiovasculaires majeurs -- Pr Gourdy

L'essai EXAMINE , mené chez des diabétiques en post-SCA a, lui aussi, conclu à l'absence de sur-risque cardiovasculaire avec l’inhibiteur de DPP4 alogliptine (Vipidia®, Takeda) et à l’absence d’augmentation de l’IC.

Agonistes des récepteurs du GLP1

« Les résultats sont beaucoup plus enthousiasmants avec les agonistes des récepteurs du GLP1. Les agonistes prolongés du récepteur de GLP1 ont eu un effet significatif sur le risque d’événements cardiovasculaires majeurs », a souligné le Pr Gourdy.

Dans l’essai LEADER , le liraglutide (Victoza®, Novo Nordisk) a fait la preuve d’un bénéfice cardiovasculaire : baisse de 13% des événements cardiovasculaires, avec principalement une baisse de 22% de la mortalité.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....