Anxiolytiques et hypnotiques : difficile de faire baisser les prescriptions en France

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

12 avril 2017

Saint-Denis, France— Depuis plusieurs années, l’agence française de sécurité du médicament (ANSM) enchaine les mesures pour tenter de limiter la consommation et le mésusage des benzodiazépines. Pour quelle efficacité ? Un nouvel état des lieux de l’ANSM portant sur la période de 2012 à 2015 indique que « le niveau est le plus bas depuis 2000 mais le nombre de Français consommant une benzodiazépine reste encore trop élevé », en particulier après 65 ans [1].

Les français restent les 2èmes plus grands consommateurs d’Europe

La France reste au 2ème rang de la consommation des benzodiazépines en Europe, après l’Espagne.

En 2015, près de 13,4% de la population française a consommé au moins une fois une benzodiazépine. Pour cette même année, 64,6 millions de boîtes de benzodiazépines anxiolytiques et 46,1 millions de boîtes d’hypnotiques ont été vendues.

Entre 2012 à 2014, l’ANSM souligne que 15% des nouveaux utilisateurs ont reçu un traitement dépassant la durée recommandée, parmi lesquels environ 2% de plus d’un an.

Sur le terrain, les traitements sont initiés par un médecin généraliste dans environ 82 % des cas et l’âge médian des nouveaux utilisateurs de benzodiazépines est de 49 ans.

82% de prescription par des MG

Age moyen 49 ans

Femmes> Hommes

Prévalence maximale : femme > 80 ans

Ce sont les femmes qui consomment le plus de benzodiazépines, quel que soit l’âge. Cette prévalence augmente avec l’âge et est la plus importante chez les femmes de plus de 80 ans.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....