Rectocolite hémorragique : le tofacitinib efficace, même après échec par anti-TNF

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

11 avril 2017

Efficacité dès la deuxième semaine

Les résultats des deux études montrent une différence significative en terme d'efficacité en faveur du tofacitinib, et ce « dès la deuxième semaine de traitement », précise le Pr Bouhnik.

La rémission à huit semaines est observée chez 18,5 % des patients sous tofacitinib dans OCTAVE1 et 16,6 % dans OCTAVE2 (contre respectivement 8,2 et 3,6% dans le groupe placebo). En ce qui concerne la cicatrisation de la muqueuse, le profil apparait identique dans les deux études, avec des taux de 31% et 28%.

L'efficacité du traitement par tofacitinib apparait similaire, que les patients soient naïfs ou non pour le traitement par anti-TNF.

Lors de l'inclusion, plus de 50% des patients avaient déjà été traités, sans succès, par anti-TNF. L'efficacité du traitement par tofacitinib apparait similaire, que les patients soient naïfs ou non pour le traitement par anti-TNF.

En terme de tolérance, le taux d'événements indésirables est similaire dans les groupes tofacitinib et placebo, avec plus de la moitié des patients présentant des céphalées. Deux patients sous tofacitinib ont développé un zona pendant la période d'induction.

Une hausse de près de 50% du taux de créatine phosphokinase a été observée dans le groupe sous tofacitinib dans les huit premières semaines de traitement. « Cependant, il n'y a eu aucun cas de rhabdomyolyse et aucune autre manifestation clinique pouvant être liée à cette hausse », a observé le Pr Bouhnik.

Hausse du cholestérol de 20%

Par ailleurs, les taux de cholestérol (cholestérol total, LDL et HDL cholestérol) ont augmenté de près de 20% pendant les premières semaines de traitement. « Cet effet était déjà connu. Les taux se stabilisent ensuite pendant la phase d'entretien. Il faut toutefois rester prudent, notamment avec les patients à haut risque cardio-vasculaire ».

« Compte tenu de sa facilité d'utilisation et de sa rapidité d'action, ce traitement représente une alternative, potentiellement plus intéressante comparativement aux biothérapies, comme les anti-TNF, qui s'administrent par voie intraveineuse ou sous cutanée », a souligné le gastroentérologue.

Dans tous les cas, « il apparait désormais crucial de disposer, dans les années à venir, de biomarqueurs personnalisés permettant d'identifier les patients répondeurs aux différentes thérapies », estime-t-il. Une perspective qui passe par un renforcement de la recherche dans ce domaine.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....