Diabétiques en France : nouvel état des lieux en mai avec ENTRED 3

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

11 avril 2017

Lille, France — Le programme ENTRED (Echantillon  National Représentatif des personnes Diabétiques), qui depuis plus de 15 ans,  fournit des données sur le diabète en France, se poursuit avec le lancement  d’ENTRED 3. Le lancement de ce 3ème volet été annoncé lors du congrès de la Société Francophone du Diabète [1].

Menée  pour la première fois en 2001, renouvelée en 2007, ENTRED vise à décrire, à  partir d’échantillons de patients tirés au sort au niveau des caisses locales,  l’état de santé des personnes diabétiques,  leur qualité de vie, les parcours de soins, les coûts,…

ENTRED  3 se focalisera en particulier sur certains aspects, comme le recours à  l’éducation thérapeutique, le recours aux outils connectés, l’adhésion aux  traitements pharmacologiques, le retentissement professionnel, familial et  social de la maladie,  et les  caractéristiques socio-économiques des populations diabétiques, a indiqué Sandrine Fosse-Edorh (InVS, St Maurice).

Autre  nouveauté : l’Outre-Mer, puisque 1000 personnes seront recrutées dans  chacun des départements de Guyane, Réunion, Martinique et Guadeloupe.

Ces  patients s’ajouteront aux 9000 personnes recrutées en métropole, dont 1000  personnes de moins de 45 ans sous insuline.

Hormis  ces innovations, la méthodologie sera identique à celle des précédents volets  de l’étude pour permettre les comparaisons.

Une population suivie depuis 2001

Rappelons  que le programme ENTRED a montré, entre 2001 et 2007 une amélioration du  recours aux soins des diabétiques, et l’amélioration du contrôle de certains  facteurs de risque. En contrepartie, étaient aussi observées une augmentation  de l’obésité, des augmentations des complications CV, ophtalmo et podologiques  du diabète, et enfin une progression du tabagisme chez les femmes (+2% vs. -2%  chez les hommes).

Depuis  2007, les stratégies thérapeutiques ont évolué, avec la publication d’essais  sur l’intensification du contrôle glycémique, l’apparition de molécules et le  retrait de certaines autres.

Des  interventions au niveau national ont par ailleurs été mises en place, comme le  remboursement du forfait podologique. Enfin, l’éducation thérapeutique s’est  structurée.

Depuis  cette date, la surveillance épidémiologique mise en place à partir des bases de  données médico-administratives, montre une évolution régulière de l’incidence  du diabète traité, de 0,1 à 0,2% / an (3,9% en 2007, 4,5% en 2010, 4,8% en  2013).

Dans le  même temps, les IDM et les amputations sont restés parfaitement stables. Les  AVC semblent marquer une petite inflexion à la hausse depuis 2012, qui devra  être surveillée.

S’agissant  du recours aux soins, certains résultats sont satisfaisants, comme les 85% de  patients qui ont une créatininémie/an, ou le dosage des lipides chez 74% des  patients, chiffres qui atteignent ou approchent des objectifs de la loi de  santé publique. D’autres sont beaucoup moins satisfaisants, comme la  consultation dentaire chez 36%, ou la consultation de cardiologie ou l’ECG 35%  des patients.

On note  enfin une inquiétude pour la prise en charge des patientes diabétiques, dont la  surmortalité par rapport à la population générale n’a que très peu baissé entre  2002-2007 (57%) et 2007-2012 (51%), quand dans le même temps, cette surmortalité  régressait de 53 à 34% chez les hommes.

Le  lancement d’ENTRED 3 est prévu en mai 2017 ; les premiers résultats sont  attendus en avril 2019. Ils permettront d’affiner les politiques de prévention.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....