Diabète de type 2 : vers des stratégies de traitements personnalisées et validées

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

29 mars 2017

Comment choisir entre les nouveaux traitements disponibles ?

Actuellement, la médecine personnalisée du DT2 n’en est qu’à ses débuts, a souligné le Pr Vergès.

« Aujourd’hui, on essaye, au moyen de la clinique et de la biologie standard, de phénotyper au mieux le patient diabétique à la recherche de l’anomalie physiopathologique prédominante : insulino-résistance ou insulinopénie ? », a commenté le diabétologue.

En pratique, il semblerait que face à une insulino-résistance après les premières lignes de traitement, les agonistes de GLP1 aient plutôt leur place.

En revanche, chez les patients présentant plutôt un profil d’insulinopénie prépondérant, l’insuline, voire les insulino-sécréteurs (sulfamides) seraient à privilégier.

« Une étude a montré dernièrement que les agonistes de GLP-1 font baisser l’HbA1c de 1,2% en moyenne. Mais si vous sélectionnez des patients typiquement insulino-résistants, avec syndrome métabolique, vous atteignez une baisse de plus de 2%. C’est aux cliniciens de faire ces choix », précise-t-il.

Que peut apporter la génétique ?

« A l’avenir, les progrès de la génétique nous permettront, peut-être, d’avancer vers une médecine personnalisée du DT2 plus précise et plus efficace », a souligné le diabétologue dijonnais.

Alors que plusieurs gènes de prédisposition au DT2 sont déjà connus, la génétique devrait permettre de préciser, chez un patient, des anomalies génétiques (mutation, polymorphisme génétique…) affectant une ou plusieurs protéines intervenant dans la sécrétion d’insuline, dans la sensibilité à l’insuline ou le métabolisme du tissu adipeux.

En fonction des anomalies génétiques mises en évidence, il serait possible de préciser aux mieux la ou les cibles thérapeutiques et, ainsi, de proposer, à chaque patient diabétique, une thérapeutique antidiabétique personnalisée plus efficace.

« Par ailleurs, les avancées de nos connaissances génétiques pourraient permettre de déterminer des profils génétiques de susceptibilité au DT2, et ainsi d’envisager la mise en place d’une prévention », a conclu le Pr Vergès.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....