Deux fois plus de décès chez les diabétiques de type 2 avec un foie gras

Aude Lecrubier, Liam Davenport

Auteurs et déclarations

6 avril 2017

Manchester, Royaume-Uni— Les diabétiques de type 2 (DT2) qui ont une stéatopathie hépatique non alcoolique (NAFLD) ont un risque de mortalité toutes causes et d’événements cardiovasculaires fortement augmenté, selon une vaste étude de cohorte écossaise [1].

Pour l’auteur principal, le Pr Sarah Wild et coll. (Usher Institute of Population Health Science and Informatics, Université d’Edinbourg, RU), cette donnée est importante puisqu’on estime, depuis peu, que près de 70 % des DT2 ont une NAFLD .

« Les stades précoces de la NAFLD, en particulier la simple stéatose, sont réversibles si l’on change de mode de vie en perdant du poids ou en augmentant son niveau d’activité physique. Nos données doivent donc inciter les médecins à aider leurs DT2 atteints de NAFLD à initier ces changements d’habitudes lorsque cela est possible afin de réduire les risques de mortalité et de morbidité associés à des maladies hépatiques plus sévères », commentent les auteurs.

Les chercheurs ont présentés leurs données lors de la Conférence annuelle du diabète au Royaume-Uni [1].

Les stéato-hépatopathies non alcooliques ou NAFLD regroupent l'ensemble des maladies graisseuses du foie, stéatopathie métabolique principalement parmi lesquelles on distingue :
- la stéatose, simple accumulation de graisses au niveau du foie ;

- la stéato hépatite (NASH), où à la stéatose s'ajoutent les lésions d'inflammation de ballonisation et de nécrose hépatocytaire ; et qui expose au risque de fibrose et de cirrhose (15 % à 5 ans) pouvant se compliquer en carcinome hépatocellulaire.

Une analyse rétrospective sur plus de 130 000 patients

L’analyse rétrospective des chercheurs a été réalisée en 2014 à partir du registre national « Scottish Care Information –Diabetes », composé de diabétiques de 40 à 89 ans diagnostiqués entre 2004 et 2013, et déjà été hospitalisés au moins une fois.

 
Les stades précoces de la NAFLD sont réversibles si l’on change de mode de vie. Nos données doivent donc inciter les médecins à aider leurs DT2 atteints de NAFLD à initier ces changements – Les auteurs
 

Au final, les dossiers de 133 312 diabétiques sans maladie hépatique chronique ont été retenus parmi lesquels 1998 (1,5%) avaient un antécédent d’hospitalisation en raison d’une stéatopathie hépatique non alcoolique.

Plus précisément, 1283 (64%) avaient un foie gras/une NASH peu sévère (sans mention de fibrose, sclérose, cirrhose ou hypertension portale) et 715 (36%) avaient au moins une fibrose, une sclérose, une cirrhose ou une hypertension portale.

Une augmentation des événements hépatiques et extra-hépatiques

Après un suivi moyen de 4,7 ans, les diabétiques atteints d’une NAFLD avaient un risque relatif d’événements cardiovasculaires de 1,62 versus ceux qui n’avaient pas de NAFLD et une mortalité toutes causes plus que doublé par rapport aux autres (augmentation de la mortalité cardiovasculaire, par cancer hépatocellulaire, par autres cancers et pour d’autres causes ; voir tableau ci-dessous).

Le risque de décès était d’autant plus élevé que la NAFLD était sévère.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....