Combiner le misoprostol aux AINS permettait de contrer leurs effets délétères CV

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

20 mars 2017

Washington, Etats-Unis — Le misoprostol, un analogue de la prostaglandine E1 (PGE1) parfois ajouté à un AINS pour en prévenir les effets gastro-intestinaux, en limiterait aussi la toxicité cardio-vasculaire. Ce résultat, présenté au congrès de l’American College of Cardiology (ACC.17) par une équipe de Salt Lake City, a été obtenu par analyse de la base de données des anciens combattants américains [1].

Les AINS sont les analgésiques les plus utilisés dans le monde, rappellent les auteurs. Ils concluent que « les données nombreuses et bien caractérisées de ce système de soins [les anciens combattants] sont en faveur d’une analgésie plus sure, par AINS associé au misoprostol ».

Toxicité des AINS et prostaglandines

Les AINS, y compris l’aspirine, inhibent les isoformes 1 (COX-1) et 2 (COX-2) de la cyclo-oxygénase », indique l’ANSM dans un « Rappel des règles de bon usage des AINS ».

Les deux isoformes de la COX permettent schématiquement la synthèse de prostaglandines aux propriétés différentes :

- la COX-1 permet de synthétiser préférentiellement les prostaglandines participant à la protection de la muqueuse gastroduodénale et à l'agrégation plaquettaire (effet pro-agrégant) ;

- la COX-2 permet de synthétiser préférentiellement les prostaglandines impliquées dans la réaction inflammatoire et dans l’agrégation plaquettaire (effet antiagrégant) ;

- la COX-1 et la COX 2 sont aussi responsables de la synthèse de prostaglandines qui contribuent à la régulation de l’hémodynamique intrarénale, dans le but de maintenir la perfusion glomérulaire.

Le profil de sécurité d’emploi des AINS dépend du rapport d’affinité pour ces 2 isoformes. Une action préférentielle sur la COX-2 augmente le risque de complication cardio-vasculaire et une action préférentielle sur la COX-1 augmente le risque de complication au niveau du tube digestif.

L’hypothèse était donc qu’une supplémentation en prostaglandine – le misoprostol est un analogue synthétique de la prostaglandine E1 – compenserait le déficit induit par l’AINS, avec un effet préventif sur le plan CV comme sur le plan gastrique. On peut d’ailleurs imaginer qu’avec divers analogues de prostaglandines, et en tenant compte de la sélectivité de l’AINS à compenser, il soit possible d’optimiser cette supplémentation.

Plus d’1,6 million de personnes ont été identifiées comme ayant commencé un traitement par AINS et/ou misoprostol entre 2005 et 2013. Les évènements CV (infarctus du myocarde, arrêt cardiaque, FA), cérébrovasculaires (AVC, AIT), et rénaux (insuffisance rénale) survenus dans les 5 ans ont été colligés.

L’analyse a été effectuée par score de propensité, entre des groupes de 1827 patients, ajustés sur tous les facteurs confondants et variables initiales accessibles (n=11 et 48 respectivement).

Par rapport au traitement par AINS seul, le co-traitement par misoprostol est associé à un risque relatif d’évènement CV de 0,56 (IC95% [0,34-0,94]), à un risque cérébrovasculaire de 0,75 ([0,60-0,95]), et à un risque rénal de 0,66 ([0,49-0,89]).

On note cependant que la prise de misoprostol avec l’AINS n’impacte pas la mortalité générale (RR=1,05 ; [0,87-1,25]).

« La prise de misoprostol associée à celle d’un AINS réduit significativement le risque d’effets secondaires CV, cérébrovasculaires et rénaux par rapport à la prise d’AINS seul », concluent les auteurs.

Compte-tenu de la prise d’AINS chaque année dans le monde, leur impact en population est évidemment important sur le plan CV. L’effet du misoprostol, et plus largement, la possibilité de limiter l’impact CV de tel ou tel AINS par une prostaglandine bien choisie, mériterait d’être approfondi.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....