Pourquoi cette guerre entre anesthésistes-réanimateurs et réanimateurs médicaux ?

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

27 février 2017

Paris, France -- Menaces de grèves, lutte fratricide entre réanimateurs et anesthésistes, interrogations sur l’avenir. L’arrivée de la première promotion de DES de Médecine Intensive Réanimation (MIR) fait du bruit. Pourtant, seuls 97 internes en réanimation seront formés contre 459 en anesthésie. Quelles sont les raisons de ce conflit ?

Anesthésistes-réanimateurs : état des troupes

Il existe un déséquilibre patent entre les anesthésistes réanimateurs et les réanimateurs médicaux. En 2015, 500 postes en réanimation, temps partiel et complet, n’étaient pas pourvus en France.

On voit donc que 100% des postes en réanimation ne sont pas pourvus par des médecins réanimateurs.

En 2015, 10 100 anesthésistes réanimateurs (6 428 hommes et 3 672 femmes) exerçaient en France majoritairement dans le secteur salarié (6 540 contre 3 114 libéraux). 40 % d’entre eux étaient âgés de plus de 55 ans.

A cette même date, 328 réanimateurs médicaux étaient qualifiés par le Conseil de l’Ordre. Il s’agissait majoritairement de d’hommes, de praticiens jeunes et de salariés.

Pour devenir anesthésistes-réanimateur, un passage par un DES était nécessaire après les ECN.

En revanche, la qualification de réanimateur était accessible par un DESC (diplôme d’étude complémentaire spécialisé) accessible à certaines spécialistes.

Chaque année, 60 personnes étaient diplômées de réanimation médicale et 30 obtenaient une reconnaissance de qualification ordinale.

En 2016, la moitié des effectifs de réanimation en France est assurée par les anesthésistes-réanimateurs, l’autre moitié par des réanimateurs médicaux avec qualification exclusive ou avec qualification dans une autre spécialité (cardiologie, pneumologie…). On voit donc que 100% des postes en réanimation ne sont pas pourvus par des médecins réanimateurs.

Les chiffres


10 100 anesthésistes-réanimateurs formés par un DES

328 réanimateurs médicaux formés par un DESC

On dénombre 350 services de réanimation non spécialisée dans notre pays, avec en moyenne 12 lits où 8 à 10 réanimateurs s’y relayent. Au total, 3 000 médecins travaillent en réanimation.

Au sein des établissements hospitalo-universitaires, les réanimateurs sont mieux représentés que les anesthésistes : 9 PU PH pour 100 PH contre 0,5 PU PH pour 100 PH.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....