Burnout des médecins : méta-analyse des études d’intervention

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

1er mars 2017

Les causes sont connues : d’un côté, hausse de la charge de travail, de la pression financière, de la productivité demandée, autonomie décisionnelle réduite ; de l’autre, un contexte de « perte de sens » dont l’appauvrissement de la relation avec le patient est à la fois la cause et l’effet, des difficultés à intégrer son activité dans son existence quotidienne, surtout lorsque le savoir à acquérir « explose », et le tout faisant l’objet d’un contrôle qualifié de « sans précédent » par les éditorialistes.

La revendication de fond étant la participation accrue des médecins aux décisions, des recommandations sont directement adressées au management.

« Diriger des médecins est un challenge. Les médecins sont en effet sélectionnés sur leurs facultés intellectuelles, et leur capacité à évaluer, et à développer des solutions à des problèmes complexes. De par leur formation, ils sont attentifs aux détails, pensent de manière critique, et prennent leurs décisions sur des preuves. Compte-tenu de cette combinaison de facteurs, un management participatif sera évidemment plus efficace vis-à-vis de médecins ».

L’éducation thérapeutique des médecins

Les médecins doivent cependant eux-aussi faire leur part de travail.

« Compte-tenu des effets potentiels du bien-être des soignants sur la qualité des soins, une auto-évaluation honnête et régulière doit être considérée comme une composante professionnelle essentielle », écrivent les éditorialistes.

Les praticiens ont une responsabilité professionnelle à prendre soin d’eux-mêmes.

« Les praticiens ont une responsabilité professionnelle à prendre soin d’eux-mêmes. Le sommeil, l’exercice, un suivi médical personnel adéquat, doivent être considérés comme des standards minimums ».

Et l’éditorial de suggérer que les médecins eux-mêmes adoptent des techniques comme la méditation pleine conscience, la médecine narrative ou les thérapies cognitives et comportementales, pour « accroitre l’attention à soi et la résilience », qualités qui « font partie des aptitudes professionnelles », et que les médecins devraient « apprendre et développer ».

L’étude britannique a été financée par le UK National Institute of Health Research, et le Medical Research Council Health eResearch Centre.
Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec le sujet.
Deux éditorialistes, les Drs Shanafelt et Dyrbye, déclarent être détenteur d’un brevet sur le Physician Well-Being Index, le Medical Student Well-Being Index, et le Well-Being Index, qui leur rapporte des royalties.

REFERENCES:

  1. Panagioti M, Panagopoulou E, Bower P et coll. Controlled Interventions to Reduce Burnout in Physicians : A Systematic Review and Meta-analysis . JAMA Intern Med. 2017;177(2):195-205. doi:10.1001/jamainternmed.2016.7674.

  2. Shanafelt TD, Dyrbye LN, West CP. Adressinf physician burnout : the way forward. JAMA Intern Med 2017 ; doi:10.1001/jama.2017.0076.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....