Fast-track aux urgences : l’embolie pulmonaire en ambulatoire

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

8 février 2017

Paris, France -- La stratification du risque de mortalité est l’élément clé de la prise en charge des embolies pulmonaires diagnostiquées aux urgences : lorsque le risque est bas, il est possible de prendre en charge ses patients intégralement en ambulatoire. Le Pr Patrick Mismetti (chef de pôle urgences/réanimation, CHU de Saint Etienne) a détaillé le processus de stratification du risque à l’occasion d’une session sur la cardiologie ambulatoire aux urgences des Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie 2017.

  1. Score de Genève pour évaluer le risque

Depuis la mise en place en 2014 des recommandations européennes (ESC) sur la stratégie diagnostique des embolies pulmonaires, la gestion qui prend en compte la probabilité (haute ou basse) est devenue de mise.

Pour établir le risque, l’urgentiste se fonde désormais sur l’analyse clinique et la recherche de facteurs de risque ou de gravité : score de Genève (âge, antécédents, fréquence cardiaque, douleur du mollet, chirurgie récente, cancer…).

Score de Genève modifié (score de gravité d’une embolie pulmonaire)

Age > 65 ans - 1 point

Antécédent de thrombose veineuse ou d'embolie pulmonaire – 3 points

Chirurgie récente ou immobilisation (moins d'un mois) – 2 points

Cancer évolutif ou en rémission depuis moins d'un an – 2 points

Douleur spontanée d'un mollet -3 points

Douleur à la palpation ou œdème d'un mollet – 4 points

Hémoptysie – 2 points

Fréquence cardiaque entre 75 et 94 bpm – 3 points

Fréquence cardiaque > 94 bpm – 5 points

Probabilité

Faible : 0-3

Intermédiaire : 4-10

Forte : > 11

  • En l’absence de risque élevé , une mesure des D dimères ajustés à l’âge est réalisée.

Si cette valeur est négative, aucune investigation complémentaire n’est réalisée.

Dans le cas contraire, un angioscanner thoracique (en l’absence d’insuffisance rénale) ou une scintigraphie seront prescrits.

  • En cas de risque élevé et de signes de choc une échographie cardiaque est réalisée très rapidement. Un traitement de reperfusion peut être proposé en cas d’embolie sous segmentaire.

  • En cas de risque élevé et d’instabilité hémodynamique , l’angioscanner thoracique ou la scintigraphie sont réalisés sans mesure préalable des D dimères.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....