Cardiologie du sport : de nouvelles recommandations moins restrictives

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

31 janvier 2017

Dans cet article

Maladie coronaire: la classification bas et haut risque disparait

Concernant les pathologies aortiques, de nombreuses étiologies se sont ajoutées, avec l'amélioration de la génétique. « Le suivi doit être annuel et la complexité des pathologies requièrent un avis médical dans des centres de référence ». Toutefois, après correction chirurgicale, « les sports IA peuvent être autorisés »

Dans le cas des maladies coronaires, « les nouvelles recommandations sont devenues plus simples et moins restrictives ». La classification basée sur les bas et hauts risques a disparu. Seule la présence ou non d'une manifestation clinique est déterminante.

L'évaluation s'appuie principalement sur une épreuve d'effort et une évaluation de la fonction ventriculaire gauche. « Les statines sont recommandées pour éviter une rupture de plaque ». Le sport est alors autorisé, sans restriction, si la fonction ventriculaire est bonne et en l'absence de symptômes et d'ischémie.

La reprise du sport peut être envisagée trois mois après un infarctus ou une revascularisation. « En théorie, un coronarien stabilisé prenant bien son traitement peut pratiquer une activité physique », a souligné le Dr Chevalier.

REFERENCE:

  1. Chevalier JM, Nouvelles recommandations en cardiologie du sport, JESFC 2017, 12 janvier 2017, Paris.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....