Cardiologie du sport : de nouvelles recommandations moins restrictives

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

31 janvier 2017

Dans cet article

Myocardite: le sport possible après normalisation

Pour la myocardite, qui a le plus bénéficié de l'IRM, « le risque d'arythmie est majeur en phase aiguë ». La reprise d'une activité sportive est possible « uniquement après le retour à la normale de la fonction ventriculaire gauche et la normalisation des marqueurs de l'inflammation et de l'insuffisance cardiaque ».

S'agissant des cardiopathies congénitales, la pratique du sport en compétition est autorisée pour « les petits shunts gauche-droit, soit minimes, soient opérés sans séquelle », qui restent majoritaires. Les autres anomalies, souvent des cas particuliers, « nécessitent l'avis d'un cardio-pédiatre ».

Les adultes ayant été opérés pendant l'enfance d'une cardiopathie « doivent être régulièrement surveillés et évalués, notamment par épreuve d'effort, pour rechercher une éventuelle hausse de la pression artérielle pulmonaire. En général, les recommandations limitent la pratique aux sports de classe IA ».

Autre nouveauté dans ces recommandations: les patients opérés d'une tétralogie de Fallot, une cardiopathie congénitale cyanogène, peuvent être autorisés à la pratique de tous les sports, « à condition d'avoir un bon ventricule gauche, sans obstruction sur la voie pulmonaire, ni arythmie ».

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....