Burnout hospitalier : des urgentistes et des cardiologues menacent de démissionner en bloc

Jean-Bernard Gervais

Auteurs et déclarations

27 janvier 2017

Situation pire avec l’épidémie de grippe

Comment est-il possible qu’en 2017, les hôpitaux français soient débordés par une épidémie de grippe saisonnière ?

En surchargeant encore davantage les services d’urgence, l’épidémie de grippe n’a fait qu’empirer la situation. Devant la virulence du virus grippal, 142 hôpitaux ont déclenché le plan hôpital en tension, tandis que trois hôpitaux ont lancé leur plan blanc ce 10 janvier. La ministre de la Santé a dû réagir en adressant une instruction, demandant de déprogrammer des opérations afin d’éviter toute saturation des urgences. Des mesures qui n’ont pas convaincu. La Fédération hospitalière de France (FHF) a dénoncé pour sa part la politique de suppression des lits, qui en prévoit 16 000 dans le plan triennal. La fédération CGT santé-action sociale va dans le même sens : « Comment est-il possible qu’en 2017, les hôpitaux français soient débordés par une épidémie de grippe saisonnière ? C’est le produit d’une politique de réduction du financement de la Sécurité Sociale menée depuis plusieurs années par les gouvernements successifs qui entraîne fermetures de lits, réduction de l’offre de soins sur le territoire, suppressions de personnels, sans cesse dénoncées par la CGT ».

En cardiologie aussi, des menaces de démission en bloc

Les démissions en bloc seraient-elles devenues le nouveau mode d’action des médecins en colère ? À l’hôpital de Rodez, ce sont six cardiologues libéraux qui ont donné leur préavis de démission le 11 janvier dernier. Raison de leur courroux : ils demandent l’intégration d’un septième cardiologue libéral dans leur équipe. Là encore, les médecins laissent à la direction un délai suffisamment long pour négocier : leur démission ne sera effective que le 11 juillet prochain, si l’intégration du septième cardiologue libéral n’est pas actée d’ici là. Comme dans les services d’urgence, les cardiologues pointent du doigt des départs récents de praticiens hospitaliers en 2016, qui alourdissent leur charge de travail.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....