POINT DE VUE

La revue du staff en oncologie

Dr Emilie Hutt

Auteurs et déclarations

24 janvier 2017

Dans cet article

Dr Emilie Hutt

LA SÉLECTION DU MOIS DE JANVIER

Vous n’avez pas eu le temps de lire les dernières publications en oncologie ? Le Dr Emilie Hutt, oncologue à l’hôpital de l’Institut Curie (Paris) livre sa revue de presse du mois. Au programme : cancer de l’ovaire ; hyper-progression sous immunothérapie ; cancer du sein avancé ; cancer du poumon muté.

Bonne lecture !

Niraparib en maintenance dans les rechutes de cancers de l’ovaire sensibles aux platines

Cette étude randomisée de phase III étudiait le niraparib, un nouvel inhibiteur de PARP, versus placebo, en maintenance après sels de platine dans 553 rechutes de cancer de l’ovaire sensibles aux platines. Les patientes étaient stratifiées selon le statut mutationnel BRCA germinal ou non, ou le type de mutation non BRCA.

Les patients sous niraparib ont obtenu une meilleure survie sans progression : 21 versus 5,5 mois dans le groupé muté BRCA germinal, 9 versus 4 mois dans le groupe muté BRCA somatique, 12,9 versus 3,8 mois dans le groupe non muté mais dont les tumeurs présentaient un déficit en recombinaison homologue, 9,3 versus 3,9 mois pour les autres patientes. La principale toxicité était hématologique.

Ce que je retiens :

Chez les patientes avec cancer de l’ovaire sensible aux platines, le niraparib en maintenance apporte un bénéfice en survie sans progression quel que soit le statut mutationnel, avec un bénéfice plus net en cas de mutation BRCA. L’indication du niraparib pourrait donc être plus large que celle de l’olaparib.

REFERENCE:

Mirza MR et al. N Eng J Med, 2016 Dec 1

http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1611310

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....