Activité physique sur prescription : qui seront les effecteurs ?

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

10 janvier 2017

Paris, France -- Le décret relatif à la prescription par le médecin traitant d’activités physiques adaptées aux patients atteints d’affections de longue durée (ALD) est paru au Journal Officiel . Cette prescription a pour but « la dispensation d'une activité physique adaptée afin de permettre à une personne d'adopter un mode de vie physiquement actif sur une base régulière, de réduire les facteurs de risque et les limitations fonctionnelles liés à l'affection de longue durée dont elle est atteinte. Les techniques mobilisées relèvent d'activités physiques et sportives et se distinguent des actes de rééducation qui sont réservés aux professionnels de santé, dans le respect de leurs compétences ».

Une définition précise
On entend par activité physique adaptée au sens de l'article L. 1172-1, la pratique dans un contexte d'activité du quotidien, de loisir, de sport ou d'exercices programmés, des mouvements corporels produits par les muscles squelettiques, basée sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires.

Kinés, coaches sportifs, centres de santé coordonnés par des médecins ?

Si l’adoption de cette mesure, qui avait été proposé dans le cadre de l’article 144 de la Loi de modernisation de la santé, ne semblait pas soulever d’obstacle particulier, sa mise en place va se révéler complexe. En effet, les intervenants qui pourront être mis à contribution après le bilan fonctionnel complet effectué par le médecin généraliste sont très nombreux : masseur kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, processionnel titulaire d’un diplôme d’activité physique adaptée ou d’une certification de qualification délivrée par une fédération sportive. Ca fait bien du monde….

Le décret précise quand même que les patients présentant des limitations fonctionnelles sévères – atteinte des fonctions locomotrices, cérébrales, sensorielle et les patients douloureux – ne pourront être pris en charge que par des professionnels de santé.

Avant même la parution du décret, l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes s’est penché sur cette question en mettant en avant les garanties proposées pour assurer la sécurité des patients.

Mais avant même la parution du décret aussi, des établissements spécialisés dans l’activité physique adaptée ont vu le jour en France. Ces centres de santé sont dotés de médecins référents et de professionnels aptes à délivrer ce type d’activité.

Quelle sera la place respective des deux types d’approches ? L’avenir le dira.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....