Afflux massif de blessés : les avancées dans la régulation hospitalière à un an

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

28 novembre 2016

Au sein des urgences et des salles de réveil, des équipes de triage doivent être mises en place avec le personnel le plus aguerri dans chacune des spécialités concernées : urgences, anesthésie (pour établir le pronostic vital), traumatologie (pour analyser les impératifs techniques).

Outre les médecins trieurs, une équipe constituée d’un interne logisticien et d’un senior manager (« tour de contrôle ») est chargée d’établir la liste unique des patients en utilisant un seul ordinateur ou tableau écrit. Cette équipe a pour mission de noter les identités alors que la réalisation d’entrées conventionnelles avec étiquettes n’est pas toujours possible, d’éviter les perdus de vue en suivant leur trajet (radiologie, examens complémentaires…), de valider des indications, et de disposer d’informations écrites pour la relève et les transmissions.

Classification du degré d’urgence des patients

Les patients qui se présentent à l’hôpital doivent être triés et reçu dans des locaux dédiés selon le degré de gravité de leurs blessures tel qu’établi ci-dessous.

T1 Mention extrême-urgence

Autres T1

T2

T3

T4 Erreur d’orientation, Extrême urgence qui aurait dû être transférée directement au bloc ou réveil

Transfert au réveil ou bloc pour traitement immédiat puis en réanimation

Traitement immédiat, patients regroupés au SAU ou en SSPI avant d’aller au bloc opératoire

Traitement retardé, patients regroupés dans une unité dédiée

Traitement minimal, patients surveillés par une IDE dans une unité spécifique

Transfert au réveil ou au bloc pour traitement immédiat

-Choc hémorragique non contrôlé

-Asphyxie

-Obstruction des voies respiratoires

-Plaie de l’abdomen

-Plaie crâniocérébrale avec signes neurologiques

-Lésion des artères fémorale, poplitée, axillaire ou humérale

-Fractures ouvertes de hanche, de fémur ou d’épaule

-Amputation traumatique de membre et hémorragie contrôlée

-Plaie oculaire avec risque de cécité (bilatérales)

-Brûlures de 15 à 50 %

-Fractures ouvertes (humérus, avant-bras, genou, jambe, cheville, pied)

-Plaies maxillo-faciales (sans obstruction)

-Plaies oculaires

-Plaies de la main

-Délabrement important des parties molles près des racines des membres

-Plaies articulaires

-Fractures fermées

-Brûlures minimes

-Plaies minimes des parties molles

-Entorses

-Traumatisme psychologique

-Traumatismes crâniens et comas

-Brûlures supérieures à 50 %

-Polytraumatisme et choc hémorragique non contrôlé

-Multiples blessures et choc hémorragique non contrôlé

REFERENCE :

  1. Masquelet AC, Ollat D, Pascal-Moussellard H, Rigal S, Versier G. Leçons collectives des attentats. Table ronde : Prise en charge chirurgicale des victimes du terrorisme urbain (Paris, 13 nov 2015), Sofcot 2016.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....