Doudous au bloc de chirurgie pédiatrique : combien de germes peut-on tolérer ?

Aude Lecrubier

25 novembre 2016

Aucun cas d’infection identifié

En parallèle, l’analyse des photographies n’a pas mis en évidence d’association entre la saleté subjective des doudous et le taux de colonisation bactérienne. En revanche, les doudous velus étaient plus contaminés que les autres. Une différence significative était observée entre les stades 2 et 3 p=0,016 et 3 et 4 p=0,0033.

Reste qu’ « aucun cas d’infections du site opératoire n’a pu être mis en évidence dans cette petite étude et que le lien de causalité entre la présence de doudous et la survenue d’infections du site opératoire ne peut être fait », commente Olivier Rosello.

En outre, il faut garder en mémoire que la présence du doudou auprès des enfants a des bénéfices multiples. Elle permet d’augmenter la compréhension de l’intervention grâce aux gestes médicaux mimés sur le doudou [4], de limiter l’anxiété préopératoire [5], et de diminuer la douleur postopératoire [6].

 
La présence de doudous auprès des enfants, notamment au bloc opératoire, nous semble devoir relever d’un protocole spécifique -- Dr Olivier Rosello
 

Toutefois, toute intrusion d’éléments potentiellement contaminants dans l’enceinte du bloc opératoire représente un risque de contamination potentielle du patient, souligne le chirurgien.

Une étude américaine publiée en 2004 a d’ailleurs montré qu’en éliminant les jouets dans un service de néonatologie, le taux d’infections nosocomiales avait diminué de 4,6 à 1,99/1000 en 6 mois, le taux le plus faible observé sur 5 ans [7].

« A ce titre, la présence de doudous auprès des enfants, notamment au bloc opératoire, nous semble devoir relever d’un protocole spécifique (désinfection ou isolement par une interface étanche) afin de diminuer les risques », explique le Dr Rosello.

Dans son service, les doudous sont toujours tolérés mais, dans des sacs plastiques étanches. Le Dr Rosello explique que le lavage présente un certain nombre d’inconvénients. Le passage en machine à laver seul est inefficace. Le lavage doit être précédé de 30 minutes de trempage dans un désinfectant puis suivi d’un séchage. En outre, la même quantité de germes est retrouvée 7 jours après le lavage.

Lors d’une discussion avec la salle, d’autres chirurgiens ont indiqué que, dans leur pratique, le choix de laisser entrer ou non le doudou dans la salle d’opération dépendait du type d’intervention : oui pour une adenoïdectomie, non pour une chirurgie à haut risque infectieux.

 

Liens d’intérêts : Cours, formations SFA. Invitations à des congrès nationaux et internationaux par Arthrex.

 

REFERENCES:

1. Olivier Rosello. Quand le meilleur ami de l’enfant devient le pire ennemi du chirurgien. De nouveaux agents de transmissions non conventionnels (ATNC) au bloc opératoire. SOFCOT 2016

2. Merriman E. Toys are a potential source of cross-infection in general practitioners’ waiting rooms. Br J Gen Pract J R Coll Gen Pract. 2002

3. McKayI, Gillepsie TA, Bacterial contaminationof children’s toys used in a general practicionner’s surgery. Scott Med J. 2000 Feb, 45 (1):3.12-3

4. Leonhardt C. Does the “Teddy Bear Hospital”enhance preschool chidren’s knowledge? A pilot study with pre/post case control design in Germany. J Health Psychol. 2014.

5. Fischer A. It’s not so frightening if there are teddy bears in the corridor. Midwives Chron. 1980

6. Ullan AM. The effect of a program to promote play to reduce children's post-surgical pain: with plush toys, it hurts less. Pain Manag Nurs. 2014 Mar;15(1):273-82. doi: 10.1016/j.pmn.2012.10.004. Epub 2012 Dec 28.

7. Hanrahan KS, Lofgren M. Evidence-based practice: examining the risk of toys in the microenvironment of infants in the neonatal intensive care unit. Adv Neonatal Care. 2004 Aug;4(4):184-201, quiz 202-5.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....