Régression de la plaque d’athérome sous evolocumab dans GLAGOV

Vincent Bargoin, avec Sue Hugues

Auteurs et déclarations

22 novembre 2016

Nouvelle-Orléans, Etats-Unis – Présentée au congrès de l’American Heart Association (AHA) 2016 et publiée dans le Journal de l’American Medical Association, l’étude GLAGOV (Global Assessment of Plaque Regression With a PCSK9 Antibody as Measured by Intravascular Ultrasound) montre qu’ajouté à une statine, l’evolocumab (Repatha®, Amgen), un anti-PCSK9, induit une régression du volume d’athérome chez les 2/3 des patients [1].

Selon les résultats présentés par le Pr Steve Nissen (Cleveland, Etats-Unis), cette réduction est observée pour des taux de LDL-c inhabituellement bas, pouvant atteindre 20 mg/dL. On ne dispose cependant d’aucune donnée sur les conséquences cliniques de cette situation, ni en termes d’efficacité, ni en termes de sécurité.

« Il faut maintenant attendre les résultats des études cliniques », a indiqué le Pr Nissen. « Mais cette étude basée sur des mesures par IVUS (intravascular ultra sound) est un signal du bénéfice possible de taux très bas de HDL-c ».

Très forte baisse du LDL-c, évolution favorable de la plaque

  • L’étude GLAGOV a été menée par 197 centres (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Asie, Australie) chez 968 patients (60 ans, 28% de femmes) présentant une coronaropathie à l’angiographie. A l’entrée, le LDL-c moyen était à 92,5 mg/dL. Quasiment 100% de ces patients recevaient déjà un traitement par statine, à forte dose dans près de 60% des cas.

Ces patients ont été randomisés entre- un traitement par evolocumab (Repatha®, Amgen), 420 mg/mois en 1 injection SC durant 76 semaines, ou un traitement placebo (le traitement par statine étant maintenu).

 
A l’entrée, le LDL-c moyen était à 92,5 mg/dL.
 

Les résultats ont été évalués à 78 semaines. Premier constat, attendu, le LDL-c est beaucoup plus bas dans le groupe evolocumab : 36,6 mg/dL vs. 93 mg/dL. Les auteurs expriment l’intervalle sous forme d’une différence, effectivement spectaculaire : −56,5mg/dL ([IC95% [−59,7 ; −53,4] ; p < 0,001).

Le critère primaire de l’étude était l’évolution du pourcentage de volume d’athérome. Chez les 864 patients disposant d’un suivi complet par IVUS, on constate une augmentation de 0,05% sous placebo, et une diminution de 0,95% sous evolocumab (p<0,001).

Le volume athéromateux était, lui, un critère secondaire, mais son évolution est également plus favorable sous evolocumab avec une diminution de 5,8 mm 3, contre une diminution de 0,9 mm3 sous placebo (p<0,001).

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....