Les crèmes solaires sans effet sur l’apparition des nævus chez l’enfant

Aude Lecrubier, Jim Kling

Auteurs et déclarations

10 novembre 2016

Denver, Etats-Unis — Les personnes avec un nombre de grains de beauté (névus) important sont à risque élevé de voir un jour apparaitre un mélanome.

Le nombre de névus est, en effet, un bon reflet de l’état mélanocytaire d’un sujet (terrain génétique + exposition solaire cumulée).

Pour évaluer l’effet préventif « réel » des crèmes solaires, des chercheurs américains ont donc pensé à utiliser le nombre de nævus comme marqueur du risque de mélanome.

Ils ont compté les névus de près de 500 enfants chaque année jusqu’à l’âge de 15 ans et regardé s’il existait une association entre l’application des écrans solaires et ce nombre de grains de beauté.

Au final, leur analyse montre que chez des enfants de même teinte de peau, l’utilisation de crème solaire n’a pas d’influence sur l’apparition des névus, excepté dans un sous-groupe à haut risque (peau très claire et coups de soleil).

« L’étude n’est pas parfaite, mais il s’agit de la plus longue étude sur le nombre de névus qui a jamais menée. Je pense que si l’effet des crèmes était important, les données que nous avons obtenu auraient été différentes », a commenté le Dr Lori Crane, (Colorado School of Public Health, Aurora), auteur principal de l’étude, pour l’édition anglaise de Medscape.

Les résultats de ces travaux ont été présentés au congrès annuel de l’American Public Health Association 2016 par le Dr Crane [1].

Les crèmes solaires efficaces dans certains groupes à risque ?

Dans l’étude, les enfants ont été enrôlés à la naissance ou à l’âge de 6 ans. Ils ont ensuite été suivis jusqu’à l’âge de 15 ans. Chaque année, leur peau a été examinée et les grains de beauté comptés. En parallèle, les parents ont rempli un questionnaire renseignant la fréquence d’utilisation des crèmes solaires lorsque les enfants étaient à l’extérieur plus de 15 minutes, l’épaisseur des applications de crème, la protection par les vêtements et d’autres mesures préventives.

Les résultats ont été ajustés pour l’exposition au soleil, les coups de soleil, les vacances au bord de l’eau, la couleur de la peau, la couleur des cheveux, la couleur des yeux, les tâches de rousseurs et l’utilisation d’autres types de protections solaires (vêtements, accessoires…).

La seule association significative a été observée pour les enfants à la peau claire qui avaient eu au moins 3 coups de soleils entre 12 et 14 ans. Les enfants de ce groupe avait significativement moins de névus s’ils avaient utilisé de la crème solaire vs pas d’utilisation. Chaque point en plus sur l’échelle d’utilisation de crème solaire (en 10 points) correspondait à une réduction de 8 % du nombre de névus sur le tronc et à une baisse de 7 % au niveau des parties exposées de façon chronique (p=0,02).

Toutefois, même cette association pourrait être le fruit du hasard en raison des nombreuses sous-analyses réalisées qui augmentent le risque de donnée aléatoire, souligne le Dr Crane.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....