Douleurs neuropathiques : les oubliées du cancer

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

9 novembre 2016

Cancer du sein, le plus grand pourvoyeur de douleurs neuropathiques

L’analyse des douleurs neuropathiques en fonction des sites tumoraux montre que les cancers utérins, du sein et du poumon sont ceux qui sont le plus souvent associés à des douleurs neuropathiques chroniques (≥ 30%).

Site tumoral

Taux de douleurs neuropathiques chroniques

Mélanome

23%

Lymphome de Hodgkin

25%

Thyroïde

21%

Cancer utérin

31%

Rein

19%

Vessie

18%

Digestif

26%

Prostate

13%

Colorectal

17%

Poumons

30%

Sein

32%

Les données ajustées pour le site tumoral et l’évolution du cancer (2010-2015) indiquent que les douleurs neuropathiques chroniques sont significativement plus fréquentes chez les personnes de moins de 60 ans (p=0,01) et chez les femmes (p=0,02).

« Il y en a énormément chez les femmes à cause de certaines localisations comme le cancer du sein », a commenté Marc-Karim Bendiane pour Medscape édition française.

La chirurgie, la chimiothérapie, les taxanes notamment et la radiothérapie peuvent provoquer diverses lésions nerveuses sur cet organe qui possède son innervation propre et qui se situe près du plexus brachial.

Moins d’un quart des patients souffrant de douleurs neuropathiques a consulté

Les douleurs neuropathiques sont vraiment pénalisantes en termes de réinsertion sociale et de réintégration professionnelle -- Marc-Karim Bendiane

Signe que ces douleurs sont largement sous-estimées, l’intervenant a rapporté que seuls 23,5 % des patients souffrant d’une douleur neuropathique chronique avaient consulté un spécialiste de la douleur depuis le diagnostic de cancer.

« Le gros problème avec les douleurs neuropathiques, c’est qu’elles sont de différents types, mal identifiées, mal diagnostiquées et que, bien souvent, les antalgiques traditionnels ne marchent pas. Or, elles sont vraiment pénalisantes en termes de réinsertion sociale et de réintégration professionnelle. Il est essentiel de mieux les étudier et de mieux les prendre en compte », a conclu Marc-Karim Bendiane.

L’étude VICAN en bref
VICAN est une étude sur les conditions de vie des personnes deux ans (VICAN 2) et 5 ans (VICAN 5) après un diagnostic de cancer. Elle est réalisée par l’Institut national du cancer (INCa), en partenariat avec l’Inserm et les trois principaux régimes d’assurance maladie (CNAMTS, MSA et RSI). Elle inclut des personnes âgées de 20 à 85 ans au moment de l’enquête. Les données sont recueillies à partir de 3 sources d’information : enquêtes téléphoniques, analyse des dossiers médicaux et données de l’assurance maladie.

REFERENCE:

1. Congrès Mondial du Cancer. Rapid Fire 6 - Scientific studies. Chronic neuropathic pain among 5-years cancer survivors: impact of age, gender and treatment (French National survey VICAN5, n=1886, 2016). 3 novembre 2016.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....