Cholestérol et statines : les arguments du pharmacologue Atul Pathak

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

25 octobre 2016

L’étude JUPITER, notamment, a été critiquée pour avoir été arrêtée prématurément.

Pr A. Pathak : L’essai JUPITER a, en effet, été arrêté prématurément, ce qui a très probablement surestimé le bénéfice de la statine testée. Mais, qui éthiquement peut permettre à un essai de continuer s’il y a une différence significative sur la mortalité entre les bras ?

Le Dr de Lorgeril cite une étude du BMJ de 2004 qui montre que le taux d'hospitalisations pour infarctus (IDM) au Royaume-Uni reste stable alors que, sur la même période, la consommation de statines a bondi.

Pr A. Pathak : Et que fait-on de l’étude française de Nicolas Danchin et coll. sur les données de l’Assurance Maladie qui a montré que l’arrêt de prescription des statines a augmenté le risque d’infarctus du myocarde ? Pourquoi n’en parle-t-on pas dans l’émission ? (voirPolémique sur les statines, combien de morts ? et Polémique sur les statines: une étude confirme la hausse des arrêts de traitements).

 
Les statines entraînent des effets indésirables hépatiques, musculaires, neurologiques, ostéoarticulaires, c’est connu.
 

Les effets secondaires sont-ils sous-estimés ? Le Dr de Lorgeril insiste notamment sur la toxicité cérébrale des statines (sur la gaine de myéline des axones des neurones).

Pr A. Pathak : Il y a des effets secondaires avec les statines. Les fortes doses de statines augmentent les cas incidents de diabète, c’est vrai, les RCP ont d’ailleurs été modifiées. En outre, les statines entraînent des effets indésirables hépatiques, musculaires, neurologiques, ostéoarticulaires, c’est connu. Pourquoi aller chercher des hypothèses compliquées alors que l’on a devant nous des faits qui sont démontrés. Ce dont parle le Dr de Lorgeril reste une information sur le plan expérimental sans aucune traduction clinique à ce jour. En revanche, tous les autres effets que je vous cite sont bien réels. Pour la santé de nos patients focalisons-nous sur la balance bénéfice-risque factuelle et non sur des hypothétiques mécanismes ou toxicité non démontrés.

Le point sur lequel il a raison, est que les essais cliniques ne sont pas conçus pour détecter les effets indésirables. Quand on fait le calcul du nombre de patients que l’on va inclure dans un essai, on le fait pour démontrer un bénéfice clinique pas un risque. La prévalence des effets indésirables dans les essais cliniques n’est pas du tout informative. Mais, c’est grâce à eux, tout de même, que les effets indésirables de diabète ou de rhabdomyolyse ont été identifiés.

 
Si on pouvait évaluer le risque de façon individuelle par des génotypages, des phénotypages, il y a surement des patients que je ne mettrais pas sous statines.
 

Dans un monde idéal, si on pouvait évaluer le risque de façon individuelle par des génotypages, des phénotypages, il y a surement des patients que je ne mettrais pas sous statines parce que je verrais que leur risque cardiovasculaire n’est pas très important alors que leur risque de faire un effet indésirable l’est. Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas le faire…

Que pensez-vous de ces d’émissions grand-public sur les statines ?

Pr A. Pathak : Je regrette que ces émissions ne parlent des médicaments que lorsqu’il y a un signal d’alerte. Les essais cliniques et les médicaments sauvent des vies dans le monde entier. Pourquoi n’en parle-t-on jamais ?

 

Le Professeur Atul Pathak a des liens d’intérêts avec plusieurs laboratoires phamaceutiques, notamment commercialisant des statines.

 

REFERENCES :

  1. « Cholestérol : le grand bluff ? » Arte, 18 octobre 2016.

  2. Taylor FC, Huffman M, Ebrahim S. Statin Therapy for Primary Prevention of Cardiovascular Disease. JAMA. 2013. doi:10.1001/jama.2013.281348.

  3. Ray K K, Seshasai SRK, Erqou S et al. Statins and All-Cause Mortality in High-Risk Primary Prevention A Meta-analysis of 11 Randomized Controlled Trials Involving 65 229 Participants. Arch Intern Med. 2010;170 (12):1024-1031.

  4. Collins R et coll. Interpretation of the evidence for the efficacy and safety of statin therapy. Lancet. Publié en ligne le 8 septembre 2016.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....