L'agression de personnels soignants à Tourcoing suscite l’émoi

Jean-Bernard Gervais

Auteurs et déclarations

24 octobre 2016

Tourcoing, France — « C’est la première fois que des agressions d’une telle violence ont lieu aux urgences du CH de Tourcoing. Les médecins et le personnel sont inquiets, traumatisés et en colère », témoigne la direction du centre hospitalier de Dron, encore sous le choc de l’agression de médecins et de personnel soignant dans la nuit du 15 au 16 octobre 2016 [1].

Selon le communiqué du centre hospitalier nordiste, une quinzaine d’individus appartenant à une même famille, qui accompagnait un patient âgé, ont agressé verbalement et physiquement des médecins et personnels aux urgences de l’hôpital. Alors que le patient âgé était rapidement pris en charge et placé dans un box, affirme la direction du CH de Tourcoing, les membres de la famille ont envahi le box de soins. S’en est suivie une première altercation verbale avec un médecin, puis un autre médecin, qui tentait de s’interposer, a été "tabassé" par six membres de ladite famille. Une femme médecin a été tirée par les cheveux au point « que des touffes ont été arrachées » et « une interne a été jetée à terre ». La police municipale et nationale est intervenue pour appréhender trois individus. « Ces violences ont eu lieu alors que les patients étaient soignés en salle de déchocage et que des enfants étaient présents dans le service », a détaillé le CH de Dron. Médecins et CH ont déposé plainte, et un CHSCT extraordinaire devrait se tenir incessamment sous peu.

 
Les médecins généralistes sont de plus en plus touchés par ces incidents, puisqu’ils représentent 65% de ces déclarations.
 

Agression de médecins en hausse en 2015

Cette agression spectaculaire intervient à quelques jours de la remise du rapport de l’observatoire de la sécurité des médecins en 2015 [2]. Cette année, l’Ordre des médecins a enregistré 924 incidents, contre une moyenne de 724 depuis la création de cet observatoire en 2003. « Les départements les plus touchés sont des départements urbains et populaires, à savoir le Nord (64 déclarations) et les Bouches-du-Rhône (63 incidents), devant l’Isère et la Seine-Maritime (35 incidents) », constate l’Observatoire alors que, dans le même temps, une diminution importante des déclarations en Ile-de-France (27 déclarations en Seine-Saint-Denis, 13 dans le Val d’Oise et 8 à Paris, contre 35, 29 et 27 respectivement en 2014) est également constatée. Autre tendance : les médecins généralistes sont de plus en plus touchés par ces incidents, puisqu’ils représentent 65% de ces déclarations, alors qu’ils ne comptaient que pour 45% des praticiens en 2014. Outre les MG, ce sont les ophtalmologues qui sont ensuite les plus concernés (6%), avant les médecins du travail (4%) et les psychiatres (3%).

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....