Les premières recommandations européennes de la SEP  dans les grandes lignes

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

27 septembre 2016

Londres, Royaume-Uni —     L’European Committee for Treatment and Research in Multiple Sclerosis (ECTRIMS) et l’European Academy of Neurology (EAN)     vont co-signer les premières recommandations européennes sur la prise en charge pharmacologique de la sclérose en plaques (SEP) [1].

La publication de la version finale du texte est attendue pour début 2017 mais, les 4 grands axes du document ont été présentés par le Dr Susana Otero (Centre de la SEP de Catalogne, Barcelone, Espagne), en avant-première, à Londres lors du congrès de    l’ECTRIMS 2016.

           

Dr Michel Dib

           

Interrogé par l’édition française de Medscape, le Dr Michel Dib (neurologue, hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris) revient sur     les principales nouveautés annoncées.

Axe 1 : Prise en charge des patients avec un syndrome clinique isolé (SCI)

 
Il s’agit d’une recommandation de plus en faveur d’un traitement précoce, dès les premiers symptômes – Dr Michel Dib
 

En partant du constat que la SEP est une maladie progressive et que retarder les traitements peut avoir des conséquences à long terme, le comité de     pilotage des recommandations préconise désormais que les patients avec un syndrome clinique isolé (1 seule poussée et non les 2 requises pour établir le     diagnostic de SEP) et des anomalies visibles à l’IRM reçoivent de l’acétate de glatiramère (Copaxone) ou de l’interféron sans attendre le     diagnostic de SEP.

Le commentaire du Dr Dib :

« Il s’agit d’une recommandation de plus en faveur d’un traitement précoce, dès les premiers symptômes qui peuvent évoquer une maladie démyélinisante. Ce     point suit la tendance actuelle et notamment les avis des agences de médicament qui ont accordé des AMM dans les SCI. »

Axe 2 : Quel traitement ?

Pour le comité scientifique, le choix du bon traitement doit rester entre les mains du neurologue traitant sur la base des antécédents du patient, de son     âge, de l’intensité de la maladie, des comorbidités et point « très important » de ses préférences.

Il ajoute que le choix du traitement peut également dépendre de l’accessibilité aux traitements en fonction des différents systèmes de soins et agences du     médicament des pays européens.

Les experts appellent à ce que les essais cliniques en cours ou futur permettent de mieux préciser la place des différents traitements les uns par rapport     aux autres.

 
En l’absence d’étude comparative entre les produits, il n’est pas, aujourd’hui, possible de se positionner pour l’un ou l’autre – Dr Dib
 

Le commentaire du Dr Dib :

« Dans cette section, le comité des recommandations n’apporte rien de nouveau.Il laisse le choix du traitement au médecin et au patient.     Mais, point important, il insiste sur le fait qu’en l’absence d’étude comparative entre les produits, il n’est pas, aujourd’hui, possible de se positionner     pour l’un ou l’autre. »

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....