Attaque du World Trade Center : bilan des cancers dans les populations exposées

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

16 septembre 2016

New-York, Etats-Unis – L’énorme pollution atmosphérique provoquée par l’incendie et l’effondrement du World Trade Center (WTC), le 11 septembre 2001, et l’exposition durant des mois des pompiers et secouristes professionnels, mais aussi de la population new-yorkaise, constitue, au-delà de l’attentat lui-même, l’un des plus vastes accidents technologique de l’histoire. L’American Journal of Industrial Medicine lui consacre un numéro spécial [1].

Une dispersion de particules diverses et durant 10 mois

L’effondrement des tours du WTC le 11/09 a dispersé dans l’atmosphère des tonnes de ciment pulvérisé, de la fibre de verre en abondance, de l’amiante, des éthers diphénilyques polybromés (retardateurs de flamme), des polychlorobiphényls (PCB ; refroidissement des appareils électriques), des cycles carbonés les plus divers, des furanes, des dioxines, et certainement bien d’autres composés moins bien identifiés. Nombre de ces poussières ou molécules sont classées cancérigène certain ou probable par l’OMS.

Cette dispersion s’est prolongée jusqu’en juillet 2002, lorsque ground zero a été déclaré entièrement dégagé. Avant cela, la combustion de certains débris a duré durant des mois.

Ont été plus ou moins directement exposés plus de 13000 pompiers et secouristes du Fire Department of the city of New-York (FDNY), et des dizaines de milliers de résidents.

Dans cette édition, deux nouvelles études consacrées au cancer sont publiées. La première étude fait ressortir un sur-risque de cancer chez les habitants de Manhattan-Sud et chez les pompiers et secouristes, en particulier de cancers de la prostate et de mélanomes [1]. L’association reste néanmoins faible. « Nous avons observé un excès de cancers en général et de certains cancers spécifiques dans les deux populations [pompiers et population résidente], mais les données en faveur d’une relation causale avec l’exposition aux émanations du WTC sont limitées », concluent les auteurs. Ils estiment néanmoins absolument nécessaire le suivi à long terme de ces populations.

 
Nombre de ces poussières ou molécules sont classées cancérigène certain ou probable par l’OMS.
 

La seconde étude est, elle, limitée aux pompiers et secouristes new-yorkais, intervenus le 11 septembre 2001 [2]. A la différence de la première, l’analyse ne fait pas ressortir de sur-risque de cancer en général par rapport aux incidences observées chez des pompiers de San-Francisco, Chicago et Philadelphie. Un excès est cependant enregistré pour le cancer de la thyroïde, et pour le cancer de la prostate. Ici encore, les auteurs concluent en faveur d’un « suivi plus long pour évaluer la relation entre exposition au WTC et cancers en tenant compte d’une période de latence plus importante ».

Les chiffres de précédentes études

  • En 2011, un numéro du Lancet publié pour les 10 ans de l’attaque, avançait les chiffres de 10% d’excès de cancers, parmi les pompiers et secouristes, par rapport à une population masculine comparable, et 19% d’excès par rapport à une population de pompiers non exposés [3]. A noter que l’incidence des cancers parmi les pompiers est moindre que dans la population masculine en général.

  • En 2012, une étude publiée en 2012 dans le JAMA ne montrait pas d’augmentation de l’ensemble des cancers chez plus de 55000 habitants de l’Etat de New-York (dont 21000 sauveteurs). Toutefois, une augmentation faible mais significative des cancers de la prostate et de la thyroïde, ainsi que des myélomes se dégageait parmi les sauveteurs [4].

  • Enfin, en 2014, le FDNY faisait savoir que ses propres données montraient une augmentation d’incidence de l’ordre de 20%, avec, toujours, la prostate et la thyroïde comme principaux organes cibles. Une augmentation des myélomes et des leucémies était également signalée.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....