A ce stade, la DGS n’envisage pas un dépistage sang « France entière » du Zika

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

30 août 2016

Paris, France –Interrogé par Medscape édition française, le Pr Bernoit Vallet, Directeur Général de la Santé précise, qu’en l’absence de cas autochtones détectés à ce jour en France métropolitaine, et considérant l’absence du principal moustique vecteur du Zika Aedes Aegypti en France métropolitaine, la mise en œuvre d’un dépistage en France métropolitaine ne parait pas opportun aujourd’hui.

Aux Etats-Unis, la FDA impose depuis le 26 août le dépistage du virus Zika sur les dons de sang.

Toutefois il convient d’être extrêmement attentif et d’être prêt si des cas autochtones évoluant dans un mode épidémique apparaissaient, en relation par exemple avec une évolution de la compétence vectorielle pour le Zika d’Aedes Albopictus, moustique présent dans le Sud de la France, ou avec une transmission sexuelle du Zika qui serait devenu épidémique (ce que ne suggère pas l’évolution du Zika aux Antilles).

L’Etablissement Français du Sang (EFS) s’est préparé à mettre en œuvre un ensemble de mesures afin de réduire le risque transfusionnel associé au virus Zika. En fonction de l’importance de cette transmission, celles-ci peuvent comprendre un arrêt de la collecte dans la zone concerné, la mise en œuvre du dépistage Zika sur l’ensemble des dons issus de la zone concernée et l’utilisation de produits sanguins labiles (concentrés de plaquettes et plasma) ayant fait l’objet d’une atténuation des pathogènes.

A ce stade un scénario dépistage de sang « France entière », par analogie aux préconisations de la FDA concernant les Etats-Unis, n’est pas d’actualité. Il pourrait toutefois, le cas échéant, être mis en œuvre sans trop de difficultés au plan technique ».

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....