Cancer du pancréas : vers un nouveau traitement de référence après chirurgie

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

29 juin 2016

Chicago, Etats-Unis— Vers un changement de pratique dans le cancer du pancréas : l’étude European Study Group for Pancreatic Cancer 4 (ESPAC-4) montre qu’après la résection d’une tumeur pancréatique, associer la capécitabine à la gemcitabine améliore la survie des patients avec un profil de sécurité acceptable.

Une bonne nouvelle pour certains patients atteints de ce cancer de très mauvais pronostic (taux global de survie à 5 ans de 4%).

            

Pr Pascal Hammel

            

Les résultats de cet essai européen multicentrique randomisé de phase III ont été présentés à l’ASCO 2016 [1,2]. « Ils devraient changer les pratiques », a commenté le Pr Pascal Hammel (service d’Oncologie Digestive, Hôpital Beaujon, Clichy), qui a participé à l’étude, pour Medscape édition française.

Augmentation de 12 % du taux de survie à 5 ans chez les malades opérés

Comme on le sait, seuls 10 à 15 % patients atteints d’un cancer du pancréas vont pouvoir bénéficier d’une chirurgie visant à enlever la tumeur et parmi eux, près de 80 % vont récidiver dans les 5 ans.

« Malgré cela, ces résultats sont importants parce qu’ils montrent que ceux qui peuvent être opérés ont une augmentation des chances de survivre à ce cancer avec l’association de deux molécules de chimiothérapie déjà couramment utilisées », a commenté l’auteur principal de l’étude, le Dr John P. Neoptolemos (chef de service de Chirurgie Oncologique, Université de Liverpool, Royaume-Uni) lors d’une conférence de presse de présentation des résultats [1].

L’essai ESPAC-4 a inclus 732 patients dont l’adénocarcinome pancréatique, à un stade suffisamment précoce, avait pu être réséqué. Dans les 12 semaines suivant la chirurgie, les patients opérés ont été randomisés pour recevoir soit de la gemcitabine seule, soit de la gemcitabine associée à la capécitabine pendant 6 mois.

Nous sommes partis d’une survie à 5 ans de 8 % avec la chirurgie seule avant les années 2000 à près de 30 % avec cette bithérapie adjuvante --Dr John P. Neoptolemos

La survie globale médiane était de 28 mois dans le bras « association de chimiothérapie » vs. 25,5 mois avec la gemcitabine seule. Mais, surtout, la survie globale estimée à 5 ans était respectivement de 28,8 % vs. 16,3 %, soit 12 % d’augmentation de chance d’être vivant à 5 ans avec l’association des deux molécules.

« La différence en terme de survie moyenne peut paraître modeste, mais, l’amélioration de la survie à long terme est substantielle pour ce cancer. Nous sommes partis d’une survie à 5 ans de 8 % avec la chirurgie seule avant les années 2000 à près de 30 % avec cette bithérapie adjuvante », a précisé le Dr Neoptolemos.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....