Cancer de la vessie : nouveaux espoirs avec les anti-PD-L1

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

9 juin 2016

Dans cet article

Chicago, Etats-Unis – Après une traversée du désert de plusieurs décennies, sans aucun nouveau traitement majeur dans le cancer de la vessie, les anti-PD-L1 offrent, enfin, une nouvelle option thérapeutique.

De nouveaux résultats en première ligne de traitement et sur la recherche de biomarqueurs ont été présentés à l’ ASCO 2016 [1,2,3].

Anticorps anti-PD-L1 : comment ça marche ?
Lorsqu’un anticorps anti-PD-L1 (programmed death ligand) se lie au PD-L1 à la surface de la cellule tumorale, il empêche la cellule tumorale d’interagir avec les récepteurs PD-1 des cellules immunitaires et permet au système immunitaire d’attaquer la tumeur.

Résultats encourageants pour l’atézolizumab en 1ère ligne

Il y a un mois, l’anti-PD-L1 atézolizumab (Tecentriq®, Roche) a reçu une autorisation de mise sur le marché de la FDA dans le carcinome urothélial après échec de la chimiothérapie classique à base de platine. L’arrivée de ce premier anti-PD-L1 dans le cancer de la vessie a fait grand bruit.

Aujourd’hui, les résultats de l’essai simple bras de phase 2 IMvigor210 cohorte 1, présentés en session orale à l’ASCO 2016, montrent qu’il pourrait également avoir un intérêt en première ligne des cancers localement avancés ou métastatiques [1].

« Près de la moitié des patients atteints d’un cancer de la vessie à un stade avancé sont trop fragiles pour recevoir le seul traitement à avoir montré un prolongement de la survie, à savoir la cisplatine. Nous sommes heureux de voir que l’immunothérapie par atézolizumab pourrait être une alternative », a commenté l’auteur principal de l’étude, le Dr Arjun Vasant Balar (New York University Medical Center et NYU Perlmutter Cancer Center, Etats-Unis), lors d’une conférence de presse de présentation des résultats [2].

Près de la moitié des patients atteints d’un cancer de la vessie à un stade avancé sont trop fragiles pour recevoir la cisplatine -- Dr Arjun Vasant Balar

Dans la cohorte 1 de l’essai IMvigor210, 119 patients atteints d’un carcinome localement avancé ou métastatique non éligibles à la cisplatine ont reçu de l’atézolizumab (injections de 1200 mg toutes les 3 semaines).

Après un suivi moyen de 14,4 mois, 28 des 119 patients (24%) ont répondu à l’atézolizumab. Le taux de réponse complète était de 7% et celui de réponse partielle de 17%. Les patients répondaient rapidement, en environ 2 mois en moyenne, et durablement. La durée maximale de réponse au traitement était de plus de 18 mois et sur les 28 patients répondeurs, 21 étaient toujours répondeurs au moment de l’analyse (75 %).

Le taux de survie globale à un an était de 57 % et la durée moyenne de survie globale était de 14,8 mois.

Par comparaison, le taux de réponse à la chimiothérapie est supérieur mais la durée moyenne de survie globale n’est que de 9 à 10 mois.

6% de sorties d’études vs 20 % avec la chimiothérapie

Globalement, l’atézolizumab a été bien toléré. En tout, 10 à 15 % des patients ont souffert d’événements secondaires sévères. Les effets indésirables les plus fréquents étaient l’hypothyroïdie, les anomalies de la fonction hépatique, les éruptions cutanées et les diarrhées. Un patient est décédé d’un sepsis associé au traitement.

« Seuls 6 % des patients ont interrompu le traitement en raison de la toxicité associée. Un taux bien moindre à celui d’environ 20 % observé avec la chimiothérapie à base de carboplatine. L’immunothérapie semble mieux tolérée que la chimiothérapie ce qui est particulièrement important chez des patients âgés », a commenté le Dr Balar.

A noter : les patients qui avaient une insuffisance rénale pré-existante n’ont pas vu leur fonction rénale se dégrader.

Interrogé par Medscape édition française, le Dr Balar a indiqué que pour obtenir une AMM en première ligne, l’atézolizumab devait encore être comparé directement à la chimiothérapie.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....