Actualité du cancer de la vessie et du rein

Pr Bernard Escudier

8 juin 2016

Interview minute – Pr Bernard Escudier en direct de l'ASCO 2016

This feature requires the newest version of Flash. You can download it here.

L’ASCO 2016 a été marqué par des nouveautés sur le plan génito-urinaire et plus particulièrement dans le cancer de la vessie.

Dans le cancer de la vessie, lePr Bernard Escudier (Gustave Roussy, Paris) a retenu :

  • une étude chirurgicale allemande qui montre l’importance d’une chirurgie avec lymphadénectomie étendue,

  • une grosse actualité avec 3 immunothérapies qui sont soit des anti-PD1, soit des anti-PDL-1.

D’abord l’atezolizumab de Roche (anti PDL-1) dans 2 cohortes (1 cohorte chez des malades non prétraités mais inéligibles pour le cisplatine et 1 mise à jour de la cohorte traitée par atezolizumab après une première ligne à base de cisplatine). Les survies semblent se confirmer avec 25 à 30% des patients qui bénéficient de l’atezolizumab à long terme.

Ensuite, l’anti-PD1 de BMS, le nivolumab, qui a également une activité tout à fait intéressante dans les cancers de vessie.

Enfin, le petit nouveau d’AstraZeneca, le durvalumab (anti-PDL-1) qui obtient des résultats très intéressants dans une phase 1-2, en termes de corrélation avec le marqueur que MedImune et AZ ont  développé conjointement. En effet, lorsque ce marqueur d’expression de PDL-1 est positif dans leur test, 40% des patients répondent contre 0% de réponse confirmée lorsque le marqueur est négatif. Donc à la fois l’anticorps durvalumab et le marqueur semblent prometteurs dans le cancer de vessie.

Dans le cancer du rein, on a eu essentiellement la prolongation des résultats présentés à l’ESM0 2015 avec la confirmation que le carbozantinib est une molécule très utile et intéressante dans le cancer du rein métastatique puisque la survie globale -présentée à l’ASCO- est largement positive : 5 mois avec un hasard ratio proche 0,6. On a par ailleurs appris par communiqué de presse, quelques jours avant l’ASCO, que le carbozantinib en première ligne en comparaison du sunitinib avait atteint son objectif d’amélioration de la survie sans progression dans une étude de phase 2 randomisée qui sera présentée au prochain ESMO (Copenhague, octobre 2016).

La deuxième actualité du cancer du rein métastatique est le suivi à long terme des patients traités en phase 1 et en phase 2 par nivolumab et qui confirme que 35% environ des patients avec une survie entre 4 et 5 ans sont stades ou indemnes de maladies. C’est très impressionnant par rapport aux résultats qu’on avait avant chez des patients déjà prétraites.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....