Arthrose, ostéoporose: quels types d’exercice ?

Laird Harrison

Auteurs et déclarations

18 mai 2016

Dans cet article

Les activités physiques sollicitant beaucoup les articulations, comme le tennis, le basketball ou la danse, sont habituellement déconseillées en cas d’arthrose, mais recommandées en cas d’ostéoporose. Et si ces activités à fort impact étaient finalement bénéfiques pour les patients souffrant d’arthrose?

Exercices et problèmes liés vieillissement

Malgré une arthrose légère à l’âge de 44 ans, le Dr Riku Nikander, joue au tennis aussi souvent qu’il le peut. Sa détermination à rester sur les courts, va à l’encontre des recommandations habituelles pour l’arthrose qui demandent d’éviter les activités qui sollicitent beaucoup les articulations.

D’après ses recherches menées à l’Université de Jyväskylä, en Finlande, où il enseigne la médecine du sport, le Dr Nikander est convaincu que le tennis améliore son statut osseux, sans altérer le cartilage. « Nos premières études ont montré que lorsque l’arthrose n’est pas trop sévère, on peut continuer de pratiquer des sports à impact ».

Bien que d’autres travaux soient nécessaires pour confirmer ces résultats, les travaux du Dr Nikander devraient aider de nombreux cliniciens confrontés à ce dilemme: quels exercices conseiller à nos patients vieillissant pour ralentir l’évolution d’une arthrose ou d’une ostéoporose ? Un dilemme bien réel car les études suggèrent des effets différents, selon le type d’exercice pratiqué.

Ostéoporose: un gain osseux de 1 à 2%

Dans ses recommandations de 2014 sur la prévention et le traitement de l’ostéoporose, la National Osteroporis Foundation conseille « des activités de mise en charge et de renforcement musculaire ». Les recommandations mentionnent spécifiquement la marche et la course à pied, le tai-chi, la danse, la montée d’escalier et le tennis comme exercices avec mise en charge [1].

Ces exercices, classiquement considérés comme à impact faible-modéré, contribuent à préserver la densité minérale osseuse du rachis lombaire et du col du fémur quand ils sont combinés à une activité physique en résistance (traction avec poids léger ou élastique, stretching…). Les exercices de renforcement musculaire incluent, quant à eux, le lever de poids mais aussi les efforts en résistance pratiqués dans le yoga ou le Pilates [2].

Bénéfices des activités à fort impact

Selon une revue de la littérature, les activités à fort impact sur les articulations, qui schématiquement incluent tous les sports qui impliquent des sauts (basketball, gymnastique, danse classique, …) permettent aussi de préserver le capital osseux, à condition d’être associés à des exercices de résistance [3,4].

Une autre étude, menée dans une population de femmes en préménopause, a aussi montré qu’un entraînement, combinant des exercices de résistance à un sport à fort impact, était associé à un gain osseux de 1 à 2%, au niveau du rachis lombaire et du col du fémur. Un bénéfice similaire a été rapporté chez les hommes soumis à ce type d’entraînement, dans les rares études, qui se sont intéressées à cette population moins sujette à l’ostéoporose.

« Les personnes pratiquant une activité physique à fort impact pourraient bénéficier d’un renforcement osseux de 20 à 30% au niveau de leurs membres inférieurs », estime le Dr Nikander. « Des expériences sur l’animal ont montré que ces mouvements et si possible rapides, induisent des mouvements de fluides intra-osseux à l’origine d’une cascade de réaction conduisant au renforcement de l’os. »

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....