IC : pourquoi moins bêtabloquer les femmes et les sujets âgés ?

Vincent Bargoin

Auteurs et déclarations

9 mai 2016

Birmingham, Royaume-Uni – Une méta-analyse publiée dans le British Medical Journal rappelle que dans l’insuffisance cardiaque, les bêtabloquants réduisent la mortalité à tous les âges et quel que soit le sexe. Aucun excès d’abandon de traitement n’est par ailleurs constaté chez les sujets âgés ni chez les femmes dans les études analysées [1].

En fait, aucune recommandation ne contre-indique les bêtabloquants dans l’insuffisance cardiaque chez les sujets âgés ou les femmes. Mais une sous-prescription est traditionnellement observée dans ces sous-groupes. L’éventail des raisons invoquées va de la pharmacocinétique chez les personnes âgées à la moindre diminution de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) chez les patientes insuffisantes cardiaques, en passant par un risque perçu comme plus important dans les populations fragiles durant la période d’instauration.

« Bien que les données en sous-groupe de l’étude SENIORS (Study of the Effects of Nebivolol Intervention on Outcomes and Rehospitalisation in Seniors with Heart Failure) suggèrent que l’efficacité des bêtabloquants est maintenue chez les patients âgés, de faibles taux d’instauration et de maintenance de traitement, restent une réalité clinique », indiquent les auteurs.

Bénéfice sur la mortalité dans toutes les classes d’âge

La méta-analyse du Beta-blockers in Heart Failure Collaborative Group (BB-meta-HF) « est une coopération internationale pour analyser au niveau individuel les données des principaux essais randomisés des bêtabloquants dans l’insuffisance cardiaque. Ce groupe comprend des investigateurs de ces essais et des experts internationaux, avec le support des quatre compagnies pharmaceutiques qui ont conduit les essais originaux (AstraZeneca, GlaxoSmithKline, Merck Serono et Ménarini) », est-il précisé dans le papier du BMJ.

La population comporte 13.833 patients présentant initialement une FEVG < 45% et un rythme sinusal. Ces patients ont participé à 11 essais. Ils sont âgés de 40 à 85 ans (64 ans moyenne), et l’on compte 24% de femmes. Le FEVG moyenne est de 27%.

L’analyse a été effectuée en intention de traiter, sur la mortalité toutes causes comme critère primaire, et la mortalité cardiovasculaire et les hospitalisations pour insuffisance cardiaque pour critères secondaires. Le suivi moyen est de 1,3 an.

Par rapport au placebo, les bêtabloquants se sont montrés efficace sur la mortalité toutes causes, avec un risque relatif de décès par rapport au placebo de 0,70 (IC95%[0,64-0,77] ; p<0,001).

Par ailleurs, dans la population divisée en quarts, en fonction de l’âge, le bénéfice de mortalité est retrouvé dans chaque sous-groupe. Premier quart (médiane d’âge : 50 ans) : RR=0,66 ; [0,53-0,83]. Second quart (60 ans) : RR=0,71 ; [0,58-0,87]. Troisième quart (68 ans) : RR=0,65 ; [0,53-0,78]. Quatrième quart (75 ans) : RR=0,77 ; [0,64-0,92].

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....